Isidore

Amours, délices et orgues (Sélection)

Néfaste, – parfois, – l’influence de Jean Richepin sur la lyre moderne

Nouvelle mine de rires d’Alphonse Allais, Amours, délices et orgues parut en 1898.

Certes, l’Histoire ne se répète pas exactement, mais ce récit humoristique a un petit air 2014 :
« À la fin de chaque année – c’est une coutume qui m’a toujours réussi – je jette les yeux arrière et m’arrête à la contemplation des événements diplomatiques accomplis au cours de ces douze mois écoulés. Hélas aujourd’hui, le spectacle n’est pas des plus réjouissants : partout, on n’entend parler que de malheurs !
Pour ne causer que de notre continent, croyez-vous que l’état de l’Europe soit bien agréable ?
De quelque côté que vous jetiez les regards, mille points noirs surgissent à l’horizon européen. Si vous connaissez un peuple qui soit content de son sort, vous seriez bien aimable de me l’indiquer ; moi, je n’en connais pas. » (L’Année diplomatique)

Les autres « blagues » sont plus jubilatoires :
« Oyez-moi ce menu :
Tout d’abord pigeons,
Sept ou huit pigeons !
Du vieux Pô tirons
Quelques potirons !
Aux doux veaux rognons
Leurs tendres rognons,
Qu’alors nous oignons
Du jus des oignons !
Puis, enfin, bondons-
Nous de gras bondons !
Les vins ?… Avalons
D’exquis Avallons !
Après quoi, ponchons
D’odorants ponchons »
(Néfaste, – parfois, – l’influence de Jean Richepin sur la lyre moderne)


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 22/01/2014.
Consulté ~13037

Lu par René Depasse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *