François Bravay, député du Gard

Le Nabab (Tome 2)

• • •More

« Cette fois, il n’essaya pas de soustraire à l’affront, se planta résolument les bras croisés et brava cette foule qui le regardait, ces centaines de visages levés et ricaneurs, ce vertueux Tout Paris qui le prenait pour bouc émissaire et le chassait après l’avoir chargé de tous ses crimes. »

Accéder à la première partie…


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio gratuit ajouté le 05/04/2017.
Consulté ~7663

Lu par Pauline Pucciano

Suggestions

9 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci beaucoup pour cette lecture que vous rendez très vivante.
    Seul bémol, je trouve les descriptions un peu trop nombreuses dans l’écriture de Daudet, cela rend le texte moins fluide.

  2. Un grand merci pour la perfection de votre style. C’est une pure merveille !
    Le roman est digne d’un Zola comme l’a dit le précédant audio-lecteur; Je me suis fait la même réflexion.Quelle qualité de texte!Et quel délicieux moment passé à vous écouter lire. Encore merci

  3. Merci beaucoup, oreillesattentives… Cela me fait très plaisir de savoir que ma lecture a bien servi cette oeuvre brillante et méconnue.

  4. Emballée par lapremière partie, je n’avais pasrésisté à la curiosité de lire la deuxième ..mais quel plaisir de l’écouter et de retrouver notre conteuse qu’opn sent parfaitement en osmose avec ce qu’elle lit!
    je suis conquise par cette voix si agréable à écouter, par ce choix d’oeuvre et par l’auteur, Daudet mérite vraiment d’ être mieux connu ..ce “nabab” est une pure merveille, qui n’a pas pris une ride ou presque!
    je recommande vraiment, on ne s’ennuie pas avec Alphonse !!

  5. Merci Colin pour votre commentaire. Il est vrai que ce roman est surprenant… Avec des “scènes” assez extraordinaires au niveau de l’intensité dramatique, et des personnages touchants dans leur imperfection même.

  6. Bonjour, cette lecture est parfaite et en l’écoutant j’ai pensé à Zola je n’imaginais pas A.Daudet aussi acerbe dans l’écriture.Merci