Ferdinand Thomas Lee Boyle - Eliza Pratt Greatorex (1869)

Lady de Launay

• • •More

«« Qu’y a-t-il, Philip ? » dit-elle en pâlissant, mais elle le regardait droit dans les yeux.

« Êtes-vous fiancée à ce pasteur ? » Elle continuait à le regarder, mais ne prononçait pas un mot. « Allez-vous l’épouser ? J’ai le droit de le demander. »
Alors elle fit non de la tête.
« Bien sûr vous n’allez pas le faire ? » Et maintenant tandis qu’il parlait sa voix était changée, et il ne fronçait plus les sourcils. À nouveau elle secoua la tête. Alors il lui prit la main, et elle la lui laissa, ne pensant pas à lui autrement que comme à un frère. « Je suis si heureux. Je déteste cet homme. »
– Oh, Philip, il est très bon !
– Je ne me soucie pas pour un liard de sa bonté. Vous êtes bien sûre ? » Maintenant elle faisait signe que oui. […]
– Bessy, vous êtes devenue la plus merveilleuse femme que j’aie jamais vue.
Elle retira soudain sa main. »

Lady de Launay, publié en 1878, est un court roman qui rassemble plusieurs thèmes chers à Anthony Trollope, et qu’il a développés dans ses œuvres plus longues : le carcan qui emprisonne les femmes dans une société victorienne très stratifiée, la soumission au devoir, et la recherche du bonheur en dépit de ces pesanteurs sociales.

Traduction : Vincent de l’Épine pour Littératureaudio.com.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Références musicales :

Ludwig van Beethoven, Trio in E Flat Major, Op. 38 – I. Adagio. Allegro con brio, interprété par Paul Pitman (domaine public).

Livre audio gratuit ajouté le 26/06/2017.
Consulté ~7998

Lu par Vincent de l'Épine

Suggestions

28 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci à vous Vincent de l’Epine, d’avoir choisi cette nouvelle de Trollope et de l’avoir si bien traduite et si bien lue pour nous. Quelle modernité étonnante dans son féminisme déclaré! Car la bataille que mène une simple jeune-fille pour défendre son amour n’est pas seulement contre les préjugés sociaux et nobiliaires dus à aux différences de condition et de fortune mais aussi contre son propre attachement sincère à sa bienfaitrice. Et la vieille femme rigide qui ne connaît que le devoir va elle aussi s’en trouver transformée. Ici l’amour atteint à la même dignité que l’honneur (on se croirait chez Corneille!).
    Trollope récuse clairement la moralité imposée aux femmes de son époque : “Une femme ne doit s’élever que par la souffrance” ou “Se sacrifier soi-même c’est l’héroïsme des femmes”.

    1. Merci Sylvie pour la pertinence de votre analyse ! Derrière leur apparente légèreté, c’est vrai qu’il y a toujours de grands enseignements à tirer de la lecture des œuvres d’Anthony Trollope. Les romans ou nouvelles les plus intéressants sont à mon sens ceux qui abordent le thème du devoir, et notamment du devoir des femmes dans la société corsetée du XIXème siècle. Ici, comme vous le dites, notre héroïne est tiraillée entre les devoirs que lui imposent la société, et son désir de liberté. La situation est rendue particulièrement intéressante par la sincère affection qu’éprouvent l’une pour l’autre les deux femmes.
      Au plaisir de vous relire ; je vois justement un petit commentaire qui arrive sur Orgueil et Prévention 🙂
      A très bientôt

  2. Merci Erwan, de vos encouragements. Je suis heureux que cette lecture vous ait plu !
    Le personnage de Lady de Launay est en effet particulièrement savoureux. Au plaisir de vous retrouver prochainement !

  3. Merci ! Quelle magnifique lecture encore…
    Trollope est vraiment un champion du réalisme psychologique. Tout en nuance. Au point qu’il en paraît froid, par moment.
    Mais votre lecture réchauffe tout ! 🙂

  4. Merci Yves,
    Vous avez beaucoup de chance de découvrir Trollope ; vous avez devant vous de très nombreuses heures de plaisir avec cet auteur subtil et prolifique !
    Merci de vos encouragements. Je suis heureux d’avoir su vous faire apprécier ce livre.
    A très bientôt donc 🙂 !

  5. Merveilleuse lecture par vous Mr de l’Epine où l’on sent beaucoup de cœur de votre part corroboré en outre par votre diction et fluidité d’expression que je vous envie.
    À bientôt avec Troloppe (que je ne connaissais pas)
    Merci Mr de l’Epine

  6. • • •More