Cerf-volant

Conte d’écolier

« Un lundi du mois de mai de 1840, je m’arrêtai un instant dans la rue da Princeza, en me demandant où je pourrais bien aller m’amuser ce jour-là. Irais-je escalader la colline de S. Diogo ou courir dans le Campo Sant’Anna, qui au lieu du parc à l’anglaise qu’il est aujourd’hui devenu, offrait aux regards un espace rustique, aux limites vagues, fréquanté par des lavandières et des mules lâchées dans le pré. Le champ ou la colline, tel était le problème. Soudain, je me dis qu’il valait tout de même mieux aller à l’école ; et j’en pris le chemin… »

L’enfant Pilar regrettera amèrement de n’avoir pas fait l’école buissonnière, la seule école qui vaille, ce lundi-là…

Joaquim Maria Machado de Assis (1839-1908) est considéré comme le plus grand écrivain brésilien du XIXe. Entre humour et ironie, il nous offre ici une magistrale leçon sur les imaginaires et les tentations de l’enfance.

Traduction : Adrien Delpech (1867-1942).
Consulter la version texte de ce livre audio.

Illustration : Cerf-volant (Pixabay) (Domaine public).

Références musicales :

Alberto Nepomuceno, Série brasileira – n°3, Sesta na rede, interprétée par José Iturbi (1954, domaine public)

Licence d'utilisation : CC BY : Attribution
Livre audio ajouté le 06/08/2016.
Consulté ~5 246 fois

Lu par Christine Sétrin

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Christine SETRIN… Bonjour…

    Le hasard de la page d ‘ accueil vient de me conduire à cette histoire… j’ ai eteint la radio… les vieilles nouvelles du jour… l ‘ air du temps qui vous empêche de respirer… et j’ ai écouté seance tenante… MACHADO DE ASSIS… dont 4 ou 5 livres achetés il y a quelques années (tout ce que j ‘ ai pu trouver de lui) attendent dans la bibliothèque…
    Une histoire qui m’ a beaucoup plu ! Un écolier un peu à la PREVERT… sa première leçon… comme il dit… Il vole bien loin bien haut… le cerf-volant… loin de ce journal qui absorbe tout l ‘ esprit du maitre… de ces nouvelles à la radio que j’ ai renvoyées à leur néant…
    Votre lecture rend très bien l ‘ atmosphère du texte… pas le moindre hiatus… c’ est tout à fait ça… on y est ! Un adieu à l ‘ enfance… le mal sous toutes ses formes pointe son germe…
    Rendez-vous pour toutes ces autres histoires du même auteur que vous lisez… sans perdre de vue ces Marcel SCHWOB dont je vous ai dit un mot il y a quelques mois…
    Bien cordialement…