Béatrix

Le jeune Calyste du Guénic est adoré par toutes les femmes du roman, à commencer par sa pieuse mère qui l’a élevé noblement à Guérande. Il suscite ensuite la passion de Mademoiselle des Touches, équivalent de George Sand dans la Comédie Humaine, puis de sa jeune épouse, Sabine de Grandlieu… Mais il n’a d’yeux que pour la blonde et perfide Béatrix de Rochegude, marquise tombée, qui le pousse dans les derniers retranchements de la passion.
La première partie du roman, dans les décors romantiques des marais salants de Guérande, explore le renoncement sublime d’une femme de quarante ans à son premier et dernier grand amour ; la seconde partie, plus parisienne et d’une veine plus réaliste, dépeint avec beaucoup d’ironie les efforts conjugués d’une bonne dizaine de personnages pour remettre Calyste dans le droit chemin.

NB : Le roman ayant été composé en deux fois, le nom de « Rochefide » a succédé au primitif « Rochegude » sous la plume de Balzac. Par un souci de cohérence, ayant commencé par celui-ci, j’ai conservé « Rochegude » tout au long de la lecture, bien que « Rochefide », préféré par Balzac, rime évidemment davantage avec « perfide »…

NB : Pour les auditeurs insensibles aux charmes un peu languissants des descriptions initiales de Balzac : vous pouvez commencer l’écoute directement au chapitre 2. Le chapitre 1 est consacré à la (très belle) description de la ville de Guérande et de l’hôtel Du Guénic.

Personnages récurrents de la Comédie Humaine : Félicité des Touches, Maxime de Trailles, Claude Vignon, La Palférine, la Duchesse de Grandlieu, Lousteau, Fabien du Ronceret.

Consulter la version texte du livre audio.

Illustration : Pierre-Auguste Renoir - Madame Henriot (1876).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 27/03/2014.
Consulté ~19 882 fois

Lu par Pauline Pucciano

Suggestions

33 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Wolmar! Votre commentaire me fait très plaisir. J’entends le bémol général sur la vitesse de lecture et essaierai d’en tenir compte à l’avenir.

  2. Le phrasé est beau, la diction nette, l’intelligence du texte et sa poétique sont parfaitement mis en valeur. Un peu rapide, c’est vrai, mais fluide et respectueux de la cadence. Merci Pauline de nous faire rêver avec Balzac!

  3. Merci pour ces lectures et les découvertes de romans tels que celui-ci. Vous faites des heureux, grâce à vous nous passons des moments délicieux. J’adore votre voix, votre diction et la façon d’animer les textes. Juste une petite chose, le débit un petit peu trop rapide. Des pauses permettrait de savourer les idées et de scander le récit. Sinon, ne changez rien et encore merci !

  4. Cher Arnaud, je me souviens du bonheur que j’ai éprouvé en tombant dans les livres audio…. On dirait que je ne me suis jamais relevée de cette chute délicieuse. Je vous souhaite de très belles heures d’écoute et de découvertes sur notre site !

  5. trés bonne diction, trés claire. bravo !
    C est mon premier audio livre, une experience etonante, un rapport tout autre avec la litterature!
    ça donne envie d’aller visiter le village de Guérande.

  6. Merci beaucoup, Claryssandre, pour votre aimable commentaire ! Je viens à peine de le voir et il me réjouit en ce mois de janvier…

  7. Oh divine surprise ! Vous m’avez quasiment réconcilié avec Balzac. Quel tour de force ! J’apprécie énormément votre voix cristaline et juvénile, votre diction parfaite…Merci infiniment pour cette lecture… et toutes les autres ! Car si j’apprécie la lectrice j’adore et admire encore plus l’auteur !!! Quel talent ! MERCI pour toutes ces précieuses et fantastiques heures d’évasion.

  8. Merci beaucoup. Mon roman de Balzac préféré restera sans doute “Le Père Goriot”. Mais, grâce à vous, j’ai pu connaître l’ouvrage de “Béatrix” dont vous faites une lecture au rythme alerte et à la diction impeccable. Que feraient les aveugles sans la générosité des bénévoles ?! Je proposerai l’étude de l’oeuvre à mes amis voyants et non voyants d’un atelier de lecture. Avec toute ma gratitude.

  9. C’est un magnifique compliment, Simon, je suis heureuse d’avoir su servir Balzac… A bientôt !

  10. Je viens d’écouter tout ce livre en deux longues lampées, bercé par votre voix. Quelle journée vous m’avez fait passer ! J’en ai les larmes aux yeux.

  11. Un grand merci pour votre commentaire, Elisabeth. Beatrix est en effet un très beau roman, où Balzac utilise toute sa palette…

  12. Merci !. Béatrix est un roman vraiment extraordinaire dont vous rendez toutes les nuances. Merci beaucoup. Je vais continu à vous écouter, je me réjouis
    Elisabeth

  13. Merci Luc, vous êtes bien aimable. Je retournerai bientôt à Balzac, après une petite escapade avec Rousseau…

  14. Merci à vous, Pauline, pour cette
    très bonne lecture.
    Votre voix est agréable à entendre
    et vos intonations rehaussent le texte.

    Félicitations !

  15. « Je vais commencer l’enregistrement de César Birotteau » : excellente idée, c’est un roman que j’attendais.

  16. Merci beaucoup Jean-Pierre et Christine ! Je vais commencer l’enregistrement de César Birotteau et renouer avec Balzac…

  17. Merci beaucoup chère Pauline pour cette magnifique lecture.
    Bien qu’un peu allergique aux descriptions de Balzac ( mais c’est son style n’est-ce pas!) j’ai énormément apprécié cette histoire. Une fois tout le monde (tant géographique qu’humain) installé, on se laisse prendre par l’intrigue et par le ton souvent mordant de l’auteur. Les portraits sont approfondis et on aime ou on hait les héros avec passion!
    Vous servez très bien cette audiolecture qui fut un excellent moment.
    Chrisitine Treille

  18. Très belle lecture Pauline. J’apprécie d’autant plus que je suis en train d’enregistrer (mais, avec quelles difficultés !!!) “Les Employés ou La Femme Supérieure” de Balzac. Bien à vous, Jean-Pierre

  19. Merci beaucoup ! Comme le disait récemment un “confrère”, les retours des auditeurs sont très importants pour nous. Excellente écoute à vous.

  20. Béatrix est un roman que j’adore, surtout pour ses descriptions :), mais aussi pour son portrait de Mlle des Touches-George Sand, écrivaine à succès vivant sa boboïtude avant-gardiste loin de Paris. Vous lisez cela très bien: bonne articulation, bon débit, beau timbre, bravo! Quant au ‘mail’, évidemment ça déconcerte un peu, mais dans pas dix ans tout le monde prononcera ce mot comme vous, alors… Bref j’ai hâte d’écouter, lue par vous, cette autre merveilleuse plongée dans la province d’autrefois qu’est Le Cabinet des Antiques…

  21. «Ayant commencé par [Rochegude], j’ai conservé Rochegude tout au long de la lecture.»

    Excellente initiative, merci.

  22. Merci EclatDuSoleil pour ce double encouragement, vous êtes très aimable. J’avais un petit doute sur la prononciation de ce mot que j’ai plus souvent lu qu’entendu… Désolée pour ce flagrant délit…d’amateurisme!

  23. Très chouette lecture, merci. Beau roman sur les pièges de l’amour, la perfidie et les intrigues, auxquelles même les “belles âmes” se prêtent lorsqu’il s’agit de défendre l’honneur des leurs 🙂
    Juste une petite remarque : le “mail” dont il est question dans Balzac se prononce comme “maille” sans le e, et non comme le courrier électronique (c’est fou comme on s’anglicise tous 🙂

    Continuez de lire et d’écrire, vous faites cela très bien, on en redemande.

  24. Merci Xavier et Jacques.C’est bien sûr un immense honneur que de ranimer quelques heures la “compagnie de Balzac”…