Honorine

A Gênes, au cours d’une belle soirée, le Consul Général va raconter une histoire dans laquelle il joua un rôle prépondérant, à Paris, l’histoire du douloureux amour de son ancien protecteur : le Comte Octave.

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Wolfgang Amadeus Mozart, Concerto 23 pour piano et orchestre en la majeur K488, 02 Adagio, interprété par Clara Haskil et l’Orchestre Symphonique de Vienne dirigé par Paul Sacher (1954, domaine public).

Livre ajouté le 03/06/2011.
Consulté ~19 650 fois

Lu par Pomme

Suggestions

15 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Véronique, sachez que ma générosité est moins grande que vous le pensez: je me fais à moi aussi, et même avant tout, grand plaisir en lisant à voix haute! Et votre plaisir s’ajoute au mien, j’en suis ravie.

  2. Merci chère Pomme pour ce magnifique roman! Quelle profondeur! Que de psychologie! Vous l’illustrez à merveille, comme d’habitude.
    Je vous remercie aussi pour toutes les lectures que vous nous offrez en ce moment. J’ai aperçu “les maîtres sonneurs “de Georges Sand; Ah quel cadeau de Noël! Prenez bien soins de vous. Encore mille merci chère Pomme pour votre immense générosité !

  3. “Broyée par sa conscience”, c’est bien joliment dit, Pascalette.
    Vous allez changer d’ambiance avec Dostoïevski!!!
    Bonne soirée!

  4. Une histoire très touchante et une non moins belle description d une femme broyée par sa conscience… Et un grand merci pour cette lecture très sensible. Bon, je m en vais de ce pas télécharger “Carnet d’ un inconnu”. Il me tarderait presque d’être à ce soir ! …

  5. Merci beaucoup de votre prompte et aimable réponse

    Je suis cependant désolé, car j’ai commis une erreur dans le titre du roman de Balzac. J’aurais du écrire Mémoire de deux jeunes mariés, au lieu de Confessions,

    Néanmoins, si le roman vous plait et que vous consentez <a en enregistrer la lecture, j'en serais ravi et aurai toute la patience requise..

    Merci encore pour votre magnifique engagement

    Denis

  6. A Denis Messier, tout d’abord grand merci pour la chaleur de votre commentaire, qui me touche évidemment beaucoup, et me donnerait un bel élan pour vous donner satisfaction! Cependant, je ne connais pas du tout ce roman de Balzac! et, d’autre-part, je suis actuellement dans une lourde lecture de Proust. je vous demande donc un peu de patience… je vais découvrir ces Confessions.
    Bien amicalement, Pomme.

  7. Bomjour

    Mon message s’adresse spécialement à une de mes donneuses de voix préférées, «Pomme», douce agréable, efficace, professionnelle, qui a souvent remplit ma pénombre de couleurs.

    Comme j’ai apprécié chaque moment des livres, que j’ai écoutés, grâce à votre voix, j’ose une demande spéciale. Ayant adoré votre lecture des romans de Balzac que vous nous avez offert, j’aimerais, si vous voulez, entendre les «Confessions de deux jeunes mariés», du même auteur. J’ai lu ce roman à l’adolescence et j’adorerais le redécouvrir, porté par votre voix.

    Merci à l’avance

  8. A écouter mon auteur préféré avec le chame de votre voix, j’ai passé un moment réellement “magique”…vous m’avez gâté chère Pomme et je vous en remercie infiniment.

    Didier Pilette – México City.

  9. Grand merci, Pomme, de nous faire découvrir à travers votre présence vocale cet étrange roman balzacien, aussi démodé qu’actuel: récit romanesque de deux passions incompatibles, exploration subtile des arcanes de la féminité, conte philosophique et moral.

    Jacques

  10. Mais oui, c’est vrai, ça ! Vous avez raison, Pomme !Voilà pourquoi l’esthétique de Balzac dépasse la simple observation ! Plus qu’un portrait, il fait une”physionomie”,une figure, avec ses passions et ses sentiments empreints. Je parle de Dieu car comme lui, Balzac est partout, omniscient, il sait tout, domine tout,imagine tout, fait analyses et curetages ; du coup nous permet de tout voir s’animer dans notre tête, tout imaginer et tout “réaliser”. Balzac dit d’un de ses personnages qu’il racontait, peignait, et parlait d’une scène “sans avoir rien vu de tout cela par sa prunelle extérieure et visible” donc par la seule vision de son imagination !Cette vision du dedans que prête l’imagination n’est effectivement pas sans rappeler la capacité qu’ont certains êtres de décrypter les sphères extrasensorielles de l’invisible.
    Merci, Pomme d’avoir pris la peine de répondre, c’est une joie de vous avoir parlé en particulier.
    Bien sincèrement
    Christiane

  11. Quel enthousiasme, Christiane, dans votre commentaire! qui vous fait parler de 6è sens, de psychanalyse et de l’Eternel.
    Je vous rapporterai une pensée de Baudelaire au sujet du génie de Balzac, qui répondra peut-être à vos questions: “son principal mérite était d’être visionnaire, et visionnaire passionné”.
    Bien cordialement, Pomme.

  12. Merci encore une fois, Pomme, pour votre formidable sélection ; vous avez comme un sixième sens pour faire des choix si judicieux, au point que je m’étonne que ces œuvres aient été passées à la trappe quand j’ étais (il y a assez longtemps) étudiante au lycée  et les bras m’en tombent de mon ignorance!
    Quelle merveille de vue intérieure et d’introspection déployée par Balzac dans ce court roman ! A-t-il souffert ainsi ou est-ce le génie qui parle ? Un grand écrivain est-il capable, avant la découverte du principe de psychanalyse, de fouiller si loin dans l’âme, et de rejoindre l’Éternel notre Dieu de la Bible, lui qui « sonde les reins et les cœurs »  (Jérémie 17:10 .Apocalypse 2:23) ? Peu d’hommes seront perdus à la lumière de ce principe de jugement.
    Bien cordialement
    Christiane