Achille Devéria, Balzac jeune (vers 1830)

Z. Marcas

Balzac n’est pas tendre avec les politiciens dans Z. Marcas.

Balzac considérait la société politique du temps de Louis-Philippe née de la révolution de Juillet, où régnait une misère épouvantable, avec le pessimisme de ses trois héros, deux étudiants et Zéphyrin Marcas, leur voisin de chambre, victime des promesses non tenues d’un ancien ministre et tombé dans la déchéance.

Quelques résonances de notre actualité dans cette romantique histoire, comme par exemple, Z. Marcas conseillant à ces jeunes étudiants de s’expatrier :

« Cet homme savait tout, il avait tout approfondi. Il étudia pour nous le globe politique et chercha le pays où les chances étaient à la fois les plus nombreuses et les plus favorables à la réussite de nos plans. Il nous marquait les points vers lesquels devaient tendre nos études ; il nous fit hâter, en nous expliquant la valeur du temps, en nous faisant comprendre que l’émigration aurait lieu, que son effet serait d’enlever à la France la crème de son énergie, de ses jeunes esprits, que ces intelligences nécessairement habiles choisiraient les meilleures places, et qu’il s’agissait d’y arriver les premiers. »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration :

Achille Devéria, Balzac jeune (vers 1830)

Livre audio gratuit ajouté le 07/11/2014.
Consulté ~7844

Lu par René Depasse

Suggestions

• • •More

1 Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *