Torture

Des délits et des peines

Cesare Beccaria Bonesana (né en 1738 à Milan, mort en 1794) est un juriste, criminaliste, philosophe, économiste et homme de lettres italien rattaché au courant des Lumières.
Très influencé, selon sa propre expression, par « l’immortel » Montesquieu, ainsi que par Helvétius et les encyclopédistes français, Beccaria s’intéresse très tôt aux questions liées à l’équité du système judiciaire. Il signe son chef-d’œuvre à 26 ans avec Des délits et des peines (1764-1766), qui pose les bases de la réflexion moderne en matière de droit pénal et amorce le premier mouvement abolitionniste. Certains des arguments avancés sont déjà anciens, mais Beccaria en fait une parfaite synthèse d’autant plus neuve qu’il se dégage de tout modèle religieux. Il y établit les bases et les limites du droit de punir et recommande de proportionner la peine au délit. Beccaria pose aussi en principe la séparation des pouvoirs religieux et judiciaire. Dénonçant la cruauté de certaines peines comparées au crime commis, il juge « barbare » la pratique de la torture et la peine de mort, et recommande de prévenir le crime plutôt que de le réprimer.

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Jacques Auguste Simon Collin de Plancy (1794-1881).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 16/12/2020.
Consulté ~3 454 fois

Lu par Domi

Suggestions

6 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Vendredi 22 octobre 2021

    Bonjour à tous

    Pour une troisième écoute en une décénnie, ce complément à la littérature, comme l’on dit de nos jours, est généreusement présenté par Mlle ou Mme Domi car selon une maturité d’énonciation n’ayant rien à mon sens d’une activité de valeur péjorative ou supposée passive. Il y va d’un sujet qui convoque beaucouo de courage, quand bien même Beccaria figure aux belles lettres de la langue francophone, au maillage de nos lumières européennes, ce qui est toujours heureux du côté culturel. Et il n’aurait décidément rien de trop irréfléchi pour soutenir les Etat Généraux afférant à la Jusice sous la participation et la charge de notre actuel Garde des sceaux, impulsée ces derniers jours par le Président de la Répulique Française. Il y a – qui ne le sait ? – en cette matière un vivier de réformes à mener tant elles se font terriblement attendre et qui pourtant, traitée sous les angles des sciences renouvelées ces dernières années à Paris, c’est à dire ceux des sciences dites humaines et sociales du droit pourrait revêtir en abondance l’or véritable des sociétés à venir, à qualifier disons de futuribles.

    Bonne journée

  2. Chère Lïat,
    Merci de votre si gentil message et de vos vœux.
    Effectivement nous avons besoin d’optimisme en ce moment.
    Le livre dont vous parlez m’a beaucoup plu par ce qu’il montre du bon et du mauvais dans chaque époque et surtout par sa confiance en l’éducation.
    Je vous souhaite aussi de bonnes fêtes et le meilleur pour l’an prochain.

  3. Chère dame Domi,
    J’aime beaucoup votre voix si bien équilibrée, tellement agréable à l’oreille.
    En consultant le forum, j’ai lu votre projet de lire
    “Réflexions d’un optimiste”.
    Voilà un titre qui s’ajuste à mes goûts, surtout en ces temps
    de pandémie où tout est morose.
    On a besoin de lumière, de gaieté, de joie !

    Je vous souhaite la santé, et pour longtemps !
    Heureuses fêtes !