Georges Bernanos

L’Imposture

Dans L’Imposture, Bernanos nous conte l’histoire étonnante d’un prêtre-écrivain qui, ayant définitivement perdu la foi, décide, par orgueil, de ne rien changer à ses habitudes et aux circonstances extérieures de sa vie.

« Sa conscience ne formulait aucun reproche, et il ne sentait toujours aucun remords. La blessure s’était refermée, dès qu’il avait osé se regarder en face, se définir une fois pour toutes. Il ne croyait plus. Il avait totalement perdu sa foi. […] À son retour d’Allemagne, il avait consigné sa porte, et fait dire qu’il était malade. Mais alors même les rares intimes qui l’approchèrent n’eurent certainement pas de soupçons. Dès ce moment, d’ailleurs, sa décision était prise : il avait résolu de ne pas changer l’ordonnance extérieure de sa vie, de vivre et de mourir en prêtre. […] Ainsi célébrait-il chaque matin le sacrifice de la messe à la chapelle des sœurs de Marie, et le vieux sacristain qui l’assistait depuis tant d’années ne l’avait jamais vu si recueilli.»

Ce roman met principalement en scène deux personnages résolument opposés, l’abbé Cénabre, historien et écrivain de talent, vénéré de ses confrères, à qui il continue de donner le change, et le pauvre abbé Chevance, homme de grande foi, – qui n’aura de cesse de vouloir sauver l’âme de Cénabre, lequel l’a pourtant bien mal traité -, d’une humilité pathétique, de santé précaire, méprisé de tous sauf de la pure et mystique Chantal de la Clergerie, qui l’aime et le rassurera lorsqu’il sera à l’agonie.
Cette même Chantal prendra une grande importance dans le second opus de ce diptyque, La Joie. (Adapté de la présentation de ce roman par Ebooks libres et gratuits)

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 12/08/2019.
Consulté ~6 320 fois

Lu par André Rannou

Suggestions

30 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Comment vous remercier pour votre don envers nous tous.
    Je vois que vous avez eu une déception par l’absence de réactions du public.
    Il est vrai que je n’écris que rarement un commentaire, pour remercier le DDV, j’ai tort et vous présente mes excuses en espérant que vous les accepterez

  2. Cher René Pierre,
    Votre commentaire me fait un plaisir immense. J’ignorais que ma voix fût capable de faire tant de choses, et si bien. Merci du fond du coeur.

  3. Cher André,
    Votre lecture tranquille, sobre, ponctue à merveille cette déchirure des âmes, tour à tour contournant l’abbé Cénabre et sa cruelle incertitude, son mysticisme d’esthète pour mieux souligner la beauté de l’âme du Père Chevanne, naïf et médiocre et pourtant souverain.
    Merci de ce temps généreux à cette belle lecture.
    René Pierre

  4. Bonsoir Mr Rannou,
    Mais c’est grâce à vous que j’ai fortement apprécié et donc écouté vos lectures de Romain Rolland.Si l’envie vous prend d’en lire d’autres…Je trouve cet auteur très “grand”.
    Bonne soirée

  5. Merci Lila. Bonne et heureuse année à vous aussi! Je vous signale que j’ai, voici plusieurs années, enregistré l’intégrale de “Jean-Christophe”, ainsi que “Au-dessus de la Mêlée”, de Romain Rolland. Je vous en souhaite bonne lecture, si ces oeuvres vous tentent!

  6. Bonsoir Monsieur Rannou,

    Je profite de la nouvelle année pour vous la souhaiter belle et chaleureuse…
    Je pensais ne plus trouver de vos lectures et surprise, en voilà de nouveau. Merci de vos choix que j’apprécie et bien plus votre voix que je trouve toujours très juste en rythme et avec un joli timbre.
    Tous mes encouragements. Si l’envie vous prends de lire un Romain rolland… n’hésitez pas

  7. Bonjour cher Pierre. Recevoir un commentaire aussi élogieux et encourageant que le vôtre m’est évidemment très agréable et je vous en remercie chaleureusement.
    Amicalement.

  8. Cher Monsieur Rannou,

    Depuis le temps que je vous écoute, je pourrais même écrire “très cher”. Vous faites partie de mes lecteurs favoris (ils ne sont pas si nombreux; je reconnais être un auditeur exigeant). J’écoute aussi de nombreux disques du commerce lus par des professionnels, et vous pourriez en remontrer à beaucoup. Je comprends votre dépit passager. Lire est fatigant, et nous, les auditeurs, devrions être plus rapides à vous féliciter. D’ailleurs, dans un théâtre, nous vous aurions applaudi sans réserve… et même “bissé”. Prenez votre temps, nous vous suivons et vous remercions.

  9. Voyez, monsieur Rannou,que l’intervenante Lyse avait visé juste dans son commentaire.

    On a pu constater qu’il faut parfois secouer le pommier pour récolter des fruits. 🙂

  10. Bonjour ! Je fais sans doute partie de cette majorité silencieuse qui ne remercie pas systématiquement ( je sais c’est pas bien….) et donc j’en profite pour m’en excuser et ne doutez pas surtout pas de votre talent et du plaisir que vous procurez . Chers donneurs de voix sans distinction aucune, un grand merci à tous !
    Sofi@

  11. Merci, chère Claryssandre. Votre long commentaire est encourageant et me réchauffe le coeur. La lecture de Bernanos demande de la concentration, et j’admire votre opiniâtreté.

    Merci, chère Marie-Ange, de vos paroles de réconfort. Vous avez raison sur toute la ligne. Je n’aurais pas dû laisser percer mon désenchantement. Je ne le ferai plus. Promis!
    Chaudes amitiés à toutes deux.

  12. A mon avis il est très important qu’un site comme Littérature Audio ait dans son catalogue les ouvrages d’un auteur tel que Bernanos dont l’influence sur le roman français a été majeure. Cher André une grand nombre vous ont écouté lire George Eliot , Dickens… on n’a pas affaire ici à la même littérature. Ne vous désolez pas!La quantité n’est pas la garantie de la qualité!
    Avec toute mon amitié, Marie-Ange

  13. Cher André, Bernanos n’est pas vraiment un auteur grand public, les deux autres romans de cet écrivain lus sur ce site sont beaucoup plus connus que “L’Imposture” et bénéficient d’une adaptation cinématographique. De plus c’est l’été, pour beaucoup d’auditeurs ce sont les vacances et l’envie peut-être de lectures plus légères. C’est sur un plus long terme que vous pourrez juger du “succès” de certaines de vos lectures qui, c’est certain, demandent plus d’effort qu’un roman sentimental.

  14. Merci, cher Jean-Pierre, de votre sage suggestion, mais l’inactivité et le repos complet ne me sourient guère, même si la ‘gloire’ n’ a jamais été un de mes objectifs.

  15. Cher monsieur Rannou, je comprends votre dépit et je suis désolée pour vous. Je suis convaincue qu’il y a probablement plus de téléchargements que de commentaires. J’espère, très égoïstement, que vous lirez “La joie”…Je suis au milieu de ce roman. J’avoue avoir eu un peu de mal au début. Il est plus “ardu” que d’autres romans de ce même auteur. Votre lecture, toujours aussi réussie et agréable, n’est nullement en cause. Très fatiguée j’ai plus de difficulté à me concentrer… Mais peu a peu j’ai été happée par le propos. Je retourne donc à l’écoute et vous remercie encore pour votre si grand investissement et votre générosité. Prenez soin de vous. Bonne fin de journée.

  16. Je vous sens, cher André, parvenu au stade où l’on hésite entre un peu plus de gloire et… un peu plus de sieste. Personnellement, j’ai depuis longtemps opté pour la sieste. Ce n’est pas sans avantage 😉

  17. Grand merci à vous, chère Marie-Ange, pour vos appréciations, toujours gratifiantes et stimulantes. Mes dernières lectures suscitent peu de réactions, si ce n’est d’un petit groupe d’auditeurs fidèles,-ou plutôt d’auditrices! – que je remercie chaleureusement. J’avais envisagé de ‘lire’ le second roman de ce diptyque, “La Joie”, mais le peu de succès du premier me refroidit et m’incite à ne pas donner suite à ce projet.
    Très amicalement.
    André

  18. Je découvre cet enregistrement que j’avais “raté” à sa sortie et je m’empresse moi aussi de vous remercier. Je ne connais de Bernanos que la “Nouvelle Histoire de Mouchette” et le “Journal d’un curé de campagne” lus dans ma jeunesse après avoir vu les films de Bresson. J’ai relu, il y a peu l’émouvante histoire de Mouchette, éblouie par le style de cet écrivain. Ce sera une joie de vous écouter le lire. Merci encore,
    bien amicalement,
    Marie-Ange

  19. Cher monsieur Rannou,
    Quel gros “colis” vous avez livré: 9 heures !
    Quel investissement en temps et en générosité !

    Il est évident que vous ne recevez pas tous les commentaires
    que vous méritez, mais je suis certaine qu’un grand nombre d’oreilles sont à l’écoute de vos passionnantes lectures.(◕‿◕)

    Bonne continuation !
    Remerciements et amicales salutations,
    Lyse ❣️

  20. Cher monsieur Rannou, c’est avec une grande joie que je viens de découvrir cette nouvelle lecture. Je m’empresse de la télécharger et vous remercie très chaleureusement pour ce choix ! Bonne soirée.