Dessin de Victor Hugo (L’Art et L’Idée, 1892)

Un crime

• • •More

Au château de Mégère, un crime a été commis : une riche veuve a été assassinée dans la nuit. Mais qui est l’inconnu trouvé gisant dans le parc, dévêtu et sans chaussures ? Quels secrets dissimule le nouveau curé de Mégère, arrivé la nuit même du drame ? Qui est cette jeune pensionnaire dont on a retrouvé la photographie ? Autant de mystères au travers desquels le juge Frescheville a bien du mal à déceler la vérité – le pourrait-il seulement, tant l’affaire est complexe et « crée autour [d’elle] comme une sorte de tourbillon qui attire invinciblement vers son centre innocents ou coupables » ?

Plus que la résolution de cette curieuse intrigue, ce sont tous ceux qui y participent – le procureur, le brigadier, la vieille bonne, ou le clergeon – qui intéressent réellement Georges Bernanos dans ce récit dont la clef n’est dévoilée que par la confession finale du personnage principal. « Rêver, c’est se mentir à soi-même, et pour se mentir à soi-même il faut d’abord apprendre à mentir à tous ».


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Références musicales :

Johannes Brahms, Sonate pour violoncelle et piano n°1 Op 38 – Allegro non Troppo, interprétée par Stefano Ligoratti (licence Cc-By-Nc-3.0).

Licence d'utilisation : CC BY-NC-SA : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
Livre audio gratuit ajouté le 15/02/2020.
Consulté ~8073

Lu par Gaëlle

Suggestions

34 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. GAËLLE… Bonjour…

    N ‘ exagerons rien ! En dehors de cette légère inversion… rien de la pagaille qui vous horrifie ! Tout est parfaitement ordonné ! Et le lecteur attentif… sent tres vite qu’ il a raté un episode !
    Curieux et troublant roman… Oui… On ne l ‘ oublie pas…
    Votre fidèle auditeur…

  2. Merci Sautillant, c’est vrai que la numérotation de ces chapitres, pour respecter celle de Bernanos dans les différentes parties, m’avait causé quelques soucis techniques, d’autant plus qu’ils étaient longs et que j’avais voulu les couper en 2 …
    Bref, je prie d’avance les audio lecteurs de m’excuser de la confusion engendrée, en souhaitant qu’elle ne les décourage pas de découvrir ce curieux et troublant roman de Bernanos.

  3. Merci pour cette lecture.
    Je viens de commencer l’Oeuf de Cristal.
    Quelle chance nous avons, nous (un peu vieux :-)) qui avons du mal à lire, d’avoir des DDV de votre talent – si si ).
    Je ne crois pas vous avoir remercié pour Proust, Ahikar, Le Braz , Lafon, sinon, je le fais maintenant, vous méritez des compliments et des remerciements.

  4. GAËLLE … Bonjour !

    ( la réponse que je viens de vous faire a été effacée d ‘ un coup au moment de l ‘ envoi ! Ardoise diabolique ! Je recommence ! ) …

    Oui … inutile de vous formaliser pour si peu !

  5. Cher Sautillant, mais quel autre mot que “cinématographique” pour dire que la scène semble apparaître et se présenter sous nos yeux en lisant le texte tel un travelling de cinéma ? Il vous faut me proposer un synonyme plus adéquat, car là, je n’en ai pas sur le bout de la langue !

  6. GAËLLE … Bon Dimanche d ‘ Été !

    Ça va vous paraître incroyable , mais … j ‘ ai déjà envie de réécouter ” Un crime ” !Pourquoi cette histoire exerce-t-elle un tel charme sur moi ! Je suis d ‘ accord avec ” STRESSLESS ” … ” … l ‘ intrigue nous tient en haleine jusqu ‘ au bout .. ” !
    Mais ce n ‘ est pas l ‘ intrigue policière , ce dont nous sommes d ‘ accord … c ‘ est le secret !BERNANOS avait l ‘ intention d ‘ écrire une histoire policière ( pour les raisons dites plus haut dans l ‘ échange ) … mais son génie ne l ‘ a pas quitté ! Pour faire référence à ce ” Le pays des aveugles ” que vous nous lisez par ailleurs … il voulait se crever les yeux pour être au niveau d ‘ une littérature plus commerciale … mais il n ‘ a pas pu !Son crime en cache un autre , et c ‘ est cet autre qu ‘ il nous conte !
    Vous avez attiré mon attention sur un point que je n ‘ avais pas relevé … la manière dont il fait entrer les personnages … Oui ! Je vous chipoterai sur l ‘ adjectif … ” cinematographique ” ! C ‘ est devenu une habitude que de dire d ‘ un livre qu ‘ il est cinematographique … et pour votre correspondant … c ‘ est une mauvaise habitude !

  7. Bonsoir Sautillant,
    Je suis d’accord avec vous, Bernanos a perdu le fil de son intrigue à un moment, en tout cas cela ne l’intéressait pas tant que ça ! Toute l’histoire tient dans ses personnages. J’ai beaucoup aimé la façon subtile dont Bernanos les fait entrer ou quitter la scène, et nous y plonge de manière très cinématographique à travers les yeux de l’un ou l’autre.
    J’ai bien failli renoncer devant la difficulté, surtout que j’ai été victime l’été dernier d’une extinction de voix prolongée, qui m’a obligée à interrompre après les premiers chapitres, et m’a fait perdre le fil – d’où sans doute le flottement que vous avez perçu, que j’admets sans peine.
    Je viens de fouiner sur internet, seriez vous donc d’Uzes ?

  8. GAELLE … Bonjour !

    Ah la la ! Une visite impromptue m ‘ a contraint de laisser en plan une réponse qui approchait de son terme … je pensais retrouver la page comme je l ‘ avais laissée … crois-y ! Disparu mon mousseux verbiage ! Je repars !
    Les fraises TAGADA ! Je sais que ça va vous paraître bien puéril, mais leur entrée en scène… de votre fait ! même si je vous ai un peu poussée… leur entrée en scène dans le fil de la conversation m ‘ a rejoui plus que vous ne pouvez le croire !je ne suis pas prêt de les oublier ! Savez-vous que dans la ville où je vis , il y a une im.men.se boutique HARIBO qui vous serait comme les 72 vierges promises au fidèle mahometan ! Il y a quelques années à peine , on les fabriquait même ici ! Y ‘ a eu des conflits sociaux … eh oui ! même une aussi bénine créature n ‘ y echappe pas ! et je ne sais ce qu ‘ il en est aujourd ‘ hui …
    Mais revenons à notre ” Un crime ” ! Quelle tenebreuse histoire au charme veneneux ( des remanences dostoievskiennes , ne trouvez-vous pas ? ) au-delà de l ‘ intrigue un peu foutraque quand même , non ? BERNANOS se moque bien de nous reconstituer le deroulement de ce crime ! Ce qui lui importe est ailleurs …
    Malheur ! Dans quels draps me suis-je fourrée ?! Je suis complètement folle !

  9. • • •More