L’Assassinat du courrier de Lyon

Donneur de voix : Christian Dousset | Durée : 4h 40min | Genre : Romans


L'Attaque de la diligence

Romancier prolixe, Arthur Bernède publie en 1931 L’Assassinat du courrier de Lyon. Dans cette œuvre qui fait partie de la collection Crimes et châtiments, il s’attache à démontrer les ressorts de cette inexorable marche vers une abominable erreur judiciaire.

« Nous avons étudié l’acte d’accusation avec le plus grand soin, car, lorsque nous avons entrepris ce récit, avant d’adopter la thèse de l’innocence de Lesurques, nous avons voulu nous entourer de toutes les garanties nécessaires. »

N.B. : Compte tenu de la qualité médiocre de la version texte disponible, de légères erreurs, bien involontaires, ont pu se glisser dans ma lecture. En outre, on trouvera un décalage dans la numérotation des chapitres au niveau du Chapitre 07, numéroté 08 de façon inexplicable dans la version texte ce qui provoque un décalage systématique.

Illustration : De Neuville, L’Attaque de la diligence (1872).

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

L’Assassinat du courrier de Lyon.zip




> Références musicales :

Ludwig van Beethoven, Ouverture de Coriolan, Op. 62 (European Archive, domaine public).


> Consulter la version texte de ce livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 26/11/2017.
Consulté ~11 741 fois

Lu par Christian Dousset

Suggestions

15 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. La révolte,comment ne pas l’éprouver devant une telle absurdité! Merci, chère Gaëlle, pour votre fidélité et votre très chaleureux commentaire. Au plaisir de vous retrouver entre de nouvelles pages.

  2. Quelle histoire ! Et quelle lecture !
    Cher Christian, j’étais au tribunal, à l’échafaud, révoltée aux côtés de Daubenton dans son combat pour la réhabilitation – bref, votre voix m’a emportée ! Et le choix de la musique introductive met tout à fait dans l’ambiance. Un grand bravo !

  3. Chère Elisabeth, chère Rida,
    Merci pour vos commentaires. Pour prolonger votre remarque sur la reconnaissance de l’erreur judiciaire, notre site comporte les textes de Voltaire relatifs à l’affaire Calas. Je suis toujours ravi de voir que nos lecteurs (trices) enrichissent constamment nos enregistrements par la pertinence de leurs apports.
    A bientôt entre de nouvelles pages.
    Christian

  4. Formidable lecture, et incroyable entêtement de la justice devant le dogme de la chose jugée. Il y eut heureusement des procès en révision qui ont franchi ce cap, notamment celui de Calas, sous l’Ancien régime, grâce à la pugnacité de Voltaire, modèle de Daubenton…
    Merci pour cette lecture
    elisabeth

  5. Cher Ahikar,
    Un grand merci pour votre apport historique. Je pense partager avec vous ce réflexe de solidarité avec la victime ou le faible. Je retiens surtout de cette affaire l’aveuglement d’une justice à charge; ce point est-il discutable?
    Enfin, quoi de plus réconfortant pour nos modestes voix de constater que le texte lu donne place au débat!
    Au plaisir de vous retrouver entre de nouvelles pages.
    Christian

  6. Merci cher Christian pour cette très belle lecture. Je connaissais l’histoire par le film de Claude Autant-Lara, mais non par l’œuvre d’Arthur Bernède. Ce fut pour moi un grand plaisir de combler cette lacune en vous écoutant. Si le livre et le film se ressemblent fort, j’ai en revanche été fort étonné de découvrir qu’une étude récente et fouillée d’Éric Dagnicourt, historien, officier de gendarmerie et directeur du Musée de la Gendarmerie de Melun, remettait en cause l’innocence de Lesurques. Du coup, il m’est soudainement revenu à la mémoire que dans l’avant-dernier chapitre, de nombreux témoins n’avaient pas reconnu Dubosq, affirmant que l’homme à la perruque blonde était plus grand que ce dernier. Tout naturellement, j’ai envie comme tout le monde de croire à l’innocence de Lesurques, de croire à une erreur judiciaire, mais n’est-ce pas cependant une faiblesse de ma part de vouloir absolument qu’il soit innocent alors que seule la vérité devrait m’importer ?

    Au plaisir de vous retrouver pour une nouvelle lecture.

    Ahikar

    (Éric Dagnicourt, L’Affaire du courrier de Lyon aujourd’hui, Quimper, Volum Éditions, 2011, 511 pages.)

  7. Bonjour Patou,
    Je vous avoue que je me suis posé la question de la prononciation de ce nom et j’avais même commencé l’enregistrement en prononçant “S” et puis … voilà, j’ai bifurqué sur la mauvaise voie! Merci de cette précision.
    Bonne soirée.
    Christian D.

  8. M’appelant Lesueur je voulais vous dire qu’on ne doit pas prononcer Lezurcq mais Lessurcq car à l’origine il y avait deux mots comme pour tournesol. Autrement c’est très bien lu, merci.

  9. Cher Nestor,
    Merci pour votre commentaire: c’est en effet très encourageant de sentir que mes lectures sont attendues. Mais d’une part,je suis un peu lent et perfectionniste, d’autre part,je donne un peu de mon temps comme bénévole dans d’autres initiatives de solidarité. Je v

  10. Nestor Plasma remercie Christian Dousset et trouve qu’on ne l’entend pas assez sur ce site.
    Ses «légères erreurs» ne nous empêcheront pas de l’écouter.

    Nestor Plasma, c’est pour ça qu’on l’aime