Ève exilée

Cueilli dans Les Beaux Rêves d’Émile Blémont cet assez long poème très hugolien donne la parole à Dieu justifiant la chasse du paradis terrestre de nos ancêtres :

Ève exilée (1909)

« Sans l’épreuve du mal, le bien n’existe pas ;
Ce que vaut la clarté, le saurais-tu sans l’ombre ?
On doit, pour se mouvoir dans l’espace et le nombre,
Accepter l’âpre effort, puis la loi du trépas.

Vous cherchiez mon secret et je vous le confie.
Ne soyez pas pour vous plus cruels que le sort ;
Fiers de l’amour fécond, ne craignez point la mort ;
Elle est la sœur paisible et sombre de la vie. »

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 05/11/2017.
Consulté ~5 571 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.