Émile Zola à la une de L’Aurore

Souvenirs sur l’Affaire

« En écrivant ces souvenirs, je n’ai pas nourri d’autre dessein que d’évoquer la cas humain, celui qui était si beau, celui qui pouvait toucher indistinctement tous les hommes. J’ai cédé surtout à l’envie de restituer, de communiquer, avant qu’il fût devenu tout à fait inintelligible, un état d’esprit et de passion qui fut le mien, qui fut celui des quelques générations qui ont encadré la mienne. » Léon Blum

Plus de trente années séparent l’Affaire Dreyfus de ce recueil de souvenirs écrit en 1935 par Léon Blum ; si la mise en perspective de l’événement et de son vécu passionné amènent l’auteur à une évocation précise des faits, le questionnement et la réflexion qui clôturent le texte ne laissent pas de nous interpeller sur la société française d’alors, mais pas seulement…

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Références musicales :

Robert Schumann, Concerto pour violoncelle, Op. 129 (European Archive, domaine public).

Licence d'utilisation : CC BY-NC-SA : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
Livre audio ajouté le 11/09/2021.
Consulté ~2 295 fois

Lu par Christian Dousset

Suggestions

10 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Chère Fraise, lorsque le dialogue entre un donneur de voix et une auditrice permet un tel enrichissement mutuel, on ne peut que se féliciter du temps consacré à ces enregistrements. En effet,
    c’est bien grâce à vous que je me suis attelé à la lecture de Léon Blum. Mais je suis confus devant de tels éloges, si chaleureux, et ne suis pas certain que vous pratiquiez vraiment l’understatement!
    Merci infiniment et au plaisir de partager de nouveaux moments de joie littéraire.
    Bien à vous,
    Christian

  2. Merci infiniment cher Christian ! Vous m’avez tenue éveillée la moitié de la nuit mais cela a valu la peine. Je savais que vous seriez sublime (an understatement really 😉 en lisant ce texte 🙂 Ce que j’apprécie tout particulièrement dans tous vos enregistrements (votre belle conviction, la sensibilité et le panache mis à part) ce sont la diction et le rythme parfait: que ce soient les romans ou bien les ouvrages comme celui-là où on a envie de vraiment bien comprendre les idées présentées, vous lisez avec beaucoup d’intelligence et une grande clarté. N’accélérez surtout pas !
    L’analyse de Blum est fascinante et apporte un éclairage nouveau sur l’Affaire (je comprends un peu mieux Clemenceau qui me laissait toujours perplexe) et c’était comme retrouver des amis très chers : l’auteur lui-même, Jaurès, Lucien Herr, Bernard Lazare, Zola, Mirbeau, Anatole France…
    Merci pour ces heures merveilleuses !
    J’espère que lire ce texte vous a donné autant de plaisir que son écoute m’a procuré 🙂

    Un très grand merci, encore une fois, d’avoir accepté de lire les textes de Léon Blum !

    Portez-vous bien, all the very best, et au plaisir de vous retrouver très bientôt.
    Très chaleureusement,
    Fraise

  3. Si l’on considère la chronologie,les chroniques de Mirbeau écrites dans le feu de l’affaire Dreyfus constituent un témoignage capital pour approcher l’ambiance de la société française de l’époque. Quant au texte de Blum, son intérêt réside surtout,pour moi, dans une mise en perspective 30 ans après. Donc on peut commencer par Mirbeau et comparer ensuite la tonalité de son écrit avec celle des souvenirs de Blum. Bonne écoute.

  4. Voilà une bonne occasion de m’instruire sur cette
    page d’histoire qui manque à ma culture !
    Je vous remercie, monsieur Dousset.