Éloge de Madame de Sévigné

Éloge de Madame de Sévigné

Ce vibrant éloge de Madame de Sévigné par Madame Achille Comte, nom de plume d’Aglaé de Bouconville (1788-1878) est paru dans la revue L’Artiste en 1840.

« Finesse, légèreté, sentiments tendres, pensées philosophiques et profondes, tout ce que l’esprit peut sentir, se trouve réuni dans ses lettres, écrites au milieu d’un monde qui se présentait à elle sous tant d’aspects différents. Elles sont comme les mosaïques dont chaque pierre, prise à part, est de peu de valeur, mais où les morceaux, rapprochés et combinés habilement, forment un ensemble précieux. Nul n’a pratiqué avec plus de succès la maxime de Boileau qu’elle aimait tant ; nul ne passe plus aisément du grave au doux, du plaisant au sévère. Les mots pittoresques tombent de sa plume comme les fleurs d’un arbre surchargé dont il faut secouer les branches pour les empêcher de rompre. Les récits de tout genre se pressent sans se confondre ; chaque page vous fait éprouver une sensation nouvelle ; la tristesse qui vous saisit à un récit tragique, disparaît à l’aide d’une anecdote légère ; elle a des mots d’une simplicité sublime pour peindre un grand événement, et des phrases habillées pour dire des riens. »

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 30/03/2019.
Consulté ~3312

Lu par Daniel Luttringer

Suggestions

7 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. J’ai écouté avec bonheur, Monsieur Lutringer votre lecture à propos de Madame de Sévigné, dont je me fis presque une voisine lorsque j’habitais en Provence pas si loin de Grignan.
    Il est étrange d’entendre ces récits éminemment féminins lus par une voix d’homme qui semble s’être introduit dans un boudoir fleuri.
    Cela ne m’en donna pas moins de plaisir.
    Merci Monsieur pour votre lecture.
    Hélène Jarlier

  2. Ah ! Ces grandes dames qui avaient la finesse de ne pas se crêper le chignon (du moins en public…).

    Délectable lecture, tout comme celle que j’ai entreprise en compagnie de Domi:
    34 heures d’une savoureuse interprétation de Delphine.
    Cette magnifique littérature me donne le goût de porter un joli chapeau fleuri !
    Je suis comblée !
    ꧁✿