Emmanuel Bove 1928

Le Crime d’une nuit

« C’était la veille de Noël.

Assis sur la banquette usée d’un restaurant, Henri Duchemin attendait que la pluie cessât. Les longs cheveux qui chatouillaient ses oreilles ainsi que les poches trouées de son pantalon lui rappelaient à tout moment sa pauvreté.

Las d’être immobile, il s’apprêtait à sortir, lorsqu’il se souvint du couloir obscur de sa maison, de la cour humide, des marches étroites de l’escalier, et de sa chambre, sans feu, sous les toits.

À tout cela, il préféra la tiédeur du restaurant. »

Tout à coup, un homme l’aborde et lui demande s’il veut devenir riche. Pour cela, il faut tuer un riche banquier…

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 04/08/2017.
Consulté ~5 015 fois

Lu par Cocotte

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Cher Ahikar
    Je suis très touchée par votre beau commentaire. Et surtout venant de vous, pour qui j’ai beaucoup de respect et d’admiration.
    Comme vous, je suis attirée par le nom de Bove comme un papillon par la lumière. Très jolie comparaison, à laquelle je n’aurais pas pensé, mais qui est très juste. Dès qu’un Bove apparaît, je saute dessus.
    Tous les romans de cet auteur, depuis la première parution de “Mes amis” et “Un pressentiment”, ont séduit les audio lecteurs
    J’espère que vous ne serez pas déçu par ce “crime”! Je suis en train d’en préparer un autre, non moins sanglant! Hi! Hi! Hi!
    Amitiés
    Cocotte

  2. Alors que l’on demandait un jour à Samuel Beckett quel était l’auteur méconnu dont il recommandait la lecture, il répondit sans l’ombre d’une hésitation : « Emmanuel Bove, il a comme personne le sens du détail touchant. »

    Cette petite phrase de Beckett est restée gravée dans mon cerveau, et depuis, à chaque fois que j’entends prononcer le nom d’Emmanuel Bove, je suis un peu comme un papillon attiré par la lumière.

    Ce soir, j’écouterai donc avec grand plaisir votre belle lecture.

    Amitiés,