The bather, by Vigee-Lebrun, 1792

Camilla (Tome 5)

Donneuse de voix : Cocotte | Durée : 6h 55min | Genre : Romans


Elizabeth Vigée-Lebrun - La Baigneuse

Les choses deviennent de plus en plus difficiles.
Camilla a accumulé les dettes, sans le vouloir. Elle est désespérée parce qu’elle n’arrive pas à rembourser ses créanciers. Vers qui peut-elle se tourner ?
Les prodigalités de ses deux neveux ont mis sir Hugh Tyrold dans une situation difficile, Tyrold ne peut plus, lui non plus, faire face aux dettes de ses enfants. Edgar a quitté l’Angleterre, peut-être pour toujours. Camilla touche le fond du remords et du désespoir, elle voudrait mourir…

Traduction anonyme (1798).

Illustration : Elizabeth Vigée-Lebrun, La Baigneuse (1792).

Accéder à l’œuvre intégrale.

> Écouter un extrait : Chapitre 01.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Livre 09.zip
Livre 10.zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 13/09/2017.
Consulté ~7 612 fois

Lu par Cocotte

Suggestions

19 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Cher Mickaël
    Je vous remercie chaleureusement pour votre commentaire, très encourageant.
    Ah oui! Les pièces de théâtre! Elles me rappellent d’excellents moments de travail d’équipe, avec des donneurs de voix talentueux et généreux et si amicaux! Peut-être en choisirai-je une autre, quand le projet collectif de “Don Quichotte” sera terminé…
    Désolée pour ce fichier zip. corrompu. Je vais essayer de le reconstituer dans la journée.
    Très cordialement
    Cocotte

  2. Bonjour Cocotte,

    merci pour la lecture de ce livre. Vous etes une de mes doneuses de voix favorites et je suis friand de vos interpretations de pieces de thêatre. Je vous signale que le fichier .zip du Livre 9 est corrompu.

    Cordialement
    Mickael

  3. Merci à Madame Baillot!
    Grâce à elle, j’ai repris confiance en moi! Elle et moi avons un point commun, et cela me réconforte!
    La pauvre Françoise Hardy a malheureusement des ennuis de santé! Je respecte cette chanteuse car elle a toujours été digne et elle a réussi par son talent, elle, sans scandales publicitaires!
    Bonne soirée à Madame Baillot et à vous.
    Cordialement
    Cocotte

  4. Surtout, pas d’inquiétude sur les dates ! Je viens de tester mon épouse (qui a le double mérite d’être anglaise et férue de littérature) elle « voyait » Thomas disparaître peu après 1900. En revanche, elle me certifie que Françoise avait beaucoup de succès de l’autre côté de la Manche, dans les années 60 😉

  5. Chère Lila
    Oui, affaire à suivre. Quand j’aurai l’occasion de passer à la FNAC, je regarderai. Ils ont peut-être un livre dont la traduction est libre de droits.
    Je vais écouter ce soir la lecture de Pauline. Puis, je lirai le Trompette-major, pour voir s’il me convient.
    De votre côté, si vous trouvez quelque autre chose, n’hésitez pas à me faire signe.
    Amicalement
    Cocotte

  6. Bonjour,
    Merci Pauline, moi aussi je vais écouter votre lecture grâce à votre “intrusion”.
    Merci Cocotte pour cette attention, j’avais vu le film “Loin de la foule déchaînée” puis écouté en anglais le livre mais n’étant pas bilingue, certaines subtilités m’ont échappé. A suivre alors…

  7. Bonjour, Jean-Pierre
    Hardi, les gars, vire au guindeau…
    Et, en plus, le fils de Françoise Hardy s’appelle Thomas!
    Je m’y perds, avec tous ces Hardis et toutes ces dates!
    C’est grave, docteur ? J’ai peur…

  8. Bonjour Cocotte,
    Votre insistance sur 1960 a toute sa logique psychanalytique. C’est, en effet, le moment où apparaît Françoise Hardy. Et ça, c’est une date que notre génération n’est pas prête d’oublier. N’est-ce pas ? 😉

  9. Pardon, je me suis trompée. Je voulais dire vous remercier de m’avoir signalé que Thomas Hardy était mort en 1928. Oups! Où avais-je la tête? C’est la traductrice de Tess d’Uberville qui est morte en 1960. Hou la la!
    Par ailleurs, vous avez raison, les traducteurs ne sont pas libres de droits, sauf un seul, Yorick Bernard Derosne, qui a traduit Le Trompette-major, mais, ne l’ayant pas encore lu, je ne sais pas s’il me plairait.
    Je vous présente encore toutes mes excuses et vous remercie encore pour votre intérêt.
    Amitiés
    Cocotte

  10. • • •More