Athena

La Malédiction de Minerve

Thomas Bruce dit Lord Elgin (1766-1841), 7ème comte d’Elgin, fut un diplomate et militaire britannique. Pair d’Écosse, nommé ambassadeur à Constantinople en décembre 1798, il fit enlever de l’Acropole d’Athènes, entre 1801 et 1805, afin d’enrichir les Beaux Arts du Royaume-Uni, 12 statues des frontons, 156 dalles de la frise, 15 métopes, la frise du temple d’Athéna Niké (Minerve) et une cariatide.
Ces vols suscitèrent poursuites, polémiques, indignation… mais les marbres du Parthénon entrèrent au British Museum en 1816.
Lord Byron fut un des premiers à dénoncer ce pillage dans La Malédiction de Minerve (1811) :

A la déesse qui lui dit : « Échappée aux ravages des Turcs et des Goths, il a fallu que ton pays envoyât ici un spoliateur qui les surpassât tous. Regarde ce temple vide et profané : compte les débris qui lui restent encore » le poète répond : « Fille de Jupiter ! au nom de l’Angleterre outragée, permets qu’un Anglais désavoue un tel acte. N’accuse pas l’Angleterre ; elle ne lui a pas donné le jour : non, Pallas, non ; ton spoliateur est Écossais. »
Suit pourtant la malédiction : « Qu’il (Elgin) demeure donc éternellement, statue immobile, sur le piédestal du mépris. Mais ce n’est pas lui seulement que frappera ma vengeance ; elle s’étendra aussi sur l’avenir de ta patrie. Il n’a fait qu’imiter l’exemple que l’Angleterre elle-même lui avait souvent donné. »

Traduction : Benjamin Laroche (1797-1852).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration : Détail des Marbres d'Elgin : Athéna
Livre audio ajouté le 29/06/2012.
Consulté ~9531

Lu par René Depasse

Suggestions

1 Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.