Trois clés de la Bastille (Musée Carnavalet, Paris)

Le Conte de deux cités

• • •More

Le Conte de deux cités, de son titre original A Tale of two Cities, est le second roman historique de Charles Dickens, rédigé en 1859. Le récit commence en 1775, alors que Jarvis Lorry, employé de la banque Tellsone de Londres, se rend à Paris pour ramener en Angleterre le docteur Alexandre Manette, ancien prisonnier, mystérieusement embastillé durant dix-huit années, et dont la fille Lucie même ignore la survie et la libération…

Sur fond de Révolution, de la boutique du marchand de vin Defarge du faubourg Saint-Antoine à la prise de la Bastille, de la résidence des Manette dans le quartier londonien de Soho à la Cour criminelle d’Old Bailey, le lecteur assistera aux complots, aux vengeances, aux procès, reflets de la vie des capitales française et anglaise en ces années de trouble.

Paris et Londres, de 1775 à 1793 : contexte et lieux historiques du roman :

Révolution française, France.
Règne de Georges III, Royaume-Uni.
Guerre d’indépendance, Etats-Unis d’Amérique.

Prisons et bourreaux :
Prison de l’Abbaye, boulevard Saint-Germain, Paris.
Prison de la Force, rue Saint-Antoine, Paris.
La Conciergerie, Île de la Cité, Paris.
La Bastille Saint-Antoine, actuelle place de la Bastille, Paris.
La Cour criminelle d’Old Bailey et la prison de Newgate, Londres.
La tour de Londres.
La famille des Sanson, le supplice de Damiens et la guillotine.

Autres lieux et références :
Le faubourg Saint-Antoine, Paris.
Fleet Street, Londres.
La Carmagnole, chant, danse et habit.
Le bonnet rouge et la pique.

Traduction : Traduction 1861 par Mme Henriette Loreau (1815-18–), sous le titre Paris et Londres en 1793, ou Le Marquis de Saint-Évremont.

Consulter la version texte de ce livre audio.
Références musicales :

Première partie, chapitre 1 (introduction) :
Ehma08 – Antigone et Créon, extrait de l’album Les Temps modernes (licence art libre).

Troisième partie, chapitre 15 (final) :
Ehma12 – Miss is a sea fish, extrait de l’album La Plage de Blâne-est (licence art libre).

Livre audio gratuit ajouté le 24/09/2010.
Consulté ~80666

Lu par Carole Bassani-Adibzadeh

Suggestions

19 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Très belle récitation, merci. Le roman ne m’a pas passionnée plus que cela mais je l’ai terminé grâce à votre voix. Vous m’avez même tiré des larmes au dénouement. Merci

  2. Bonsoir Carole, un grand merci pour ce grand moment de littérature qui m’a été donné grâce à vous. La beauté du texte de Dickens associé à la beauté de votre voix et à la pureté de votre diction m’ont apporté chaque soir un vrai moment de bonheur.

    Dominique ( fille)

  3. Magnifique livre, j’ai lu des centaines de livres en travaillant devant mon établi, et c’est de loin le plus émouvant. A recommander!

  4. Le Marquis de Saint-Évremont ne peut que se rejouir de votre enregistrement.
    J’ai beaucoup aimé, merci et bonne continuation,
    Lucien

  5. Un peu dur à écouter parfois, où on dirait que c’est chanté et non lu, avec des allooooooooooooongements de voyelles finales surprenants et des fins de phrases qui s’envolent au lieu d’atterrir.
    On pense à «Ennnnnnnnntre ici, Jean Mouliiiiiiin !».
    Faut que je m’habitue.

    1. Cher(e) Bouchra,
      Les oeuvres de Jean Anouilh (1910-1987) ne sont malheureusement pas encore libres de droits et ne peuvent donc être librement enregistrées et publiées sur le site (l’appartenance d’une oeuvre au domaine public s’acquiert lorsque ses auteur – et le cas échéant traducteur – sont décédés depuis plus de 70 ans révolus).
      Je vous souhaite d’agréables découvertes sur le site !!!
      Carole

  6. Je n’en suis qu’à la moitié mais tout à fait envoutée ;J’ai du mal à m’en détacher et y reviens vite . Merci !

  7. A la fin de l’écoute qui dura pourtant presque 14 heures un sentiment de trop peu tellement la lecture est agréable et pleine de vie …. félicitation et merci

  8. Quel bonheur de trouver par hasard ce site et cet enregistrement. A Tale of Two Cities est un de mes romans preferes, ici lu par une voix si charmante et sensible. BRA-VO et merci!!

  9. Merci chère Pascale, cher Noël, pour vos commentaires !!!
    A Noël : certains éléments de décor de ce « conte » sont authentiques !!! (peut-être avez-vous consulté les quelques liens insérés ci-dessus, et qui font référence à quelques lieux et actions historiques évoqués dans le roman…)
    Je suis ravie que vous ayez profité agréablement de l’écoute de ce roman !!!
    A très bientôt,
    Carole

  10. Salut Carole,
    et vraiment bravo pour votre lecture et votre si séduisante voix. Mais tout cela est-il vraiment réel? Ces événements sont-ils authentiques, ou s’agit-il purement d’un conte “des deux cités”. Et vous Carole, si votre voix est pareille dans la vraie vie, j’envie vos interlocuteurs et c’est peu dire. Tout était émouvant, la lectrice ainsi que le roman! Svp Carole, dites-moi si vous n’avez pas travaillé numériquement votre voix pour qu’elle soit si exceptionnelle. Ou alors, est-ce l’accent italien? Je suis resté interrogateur jusqu’à la fin du roman, avec beaucoup de regrets qu’il se soit terminé! Bravo, et encore bravo!

    Noël

  11. Chers Vincenzo et Trantran,
    Merci pour vos commentaires !!!
    A Vincenzo : j’enregistrerai avec plaisir Sarrasine pour répondre à votre demande !!! (Relativement à l’enregistrement de la Dictée, je doute de pouvoir – ne me sentant pas parfaitement à l’aise avec le texte – en donner une deuxième version satisfaisante…)
    A Trantran : ce roman semble s’être vendu à plus de 200 millions d’exemplaires
    Je vous souhaite à tous deux d’agréables découvertes sur le site !!!
    Bien amicalement,
    Carole

  12. Chère Carole,
    merci pour votre travail. Votre voix me semble la meilleure voix féminine de ce site. Je vous avais déjà exprimé mes compliments lors de votre lecture de “Un épisode sous la Terreur”. C’est pour ça que je voulais vous demander de continuer, s’il vous plaît, avec des contes balzaciens (par exemple “Sarrasine”, sur qui se centre le fameux essai de Roland Barthes “S/Z”) et de donner une nuovelle version de la célèbre dictée de Prosper Mérimée, pour pouvoir l’écouter en une voix féminine. Merci de votre attention,

    Vincenzo (Italie)