René

René, rattaché à Atala, était destiné à illustrer le chapitre du Génie du Christianisme (1802) sur le  « vague des passions ».

Doit-on croire Chateaubriand quand il dit : « Si René n’existait pas, je ne l’écrirais plus. Il a infesté l’esprit d’une partie de la jeunesse, effet que je n’avais pas prévu car j’avais au contraire voulu la corriger. Il n’a plus été question que de vents d’orage, de maux inconnus livrés aux nuages et à la nuit. Il n’y a pas de grimaud sortant du collège qui ne se soit livré au vague des passions. » ?

Consulter la version texte du livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 19/07/2009.
Consulté ~53 147 fois

Autres projets collectifs

Suggestions

12 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Ping : Un extrait troublant dans « René » de Chateaubriand… – One Day- One Thing
  2. Ah Chateaubriand ne regrette pas d’avoir écrit “René”, j’étais comme ça étant jeune, le front pale, les yeux humides, et le cœur tourmenté, même avant de te lire!

    Comme ça fait du bien, après Mirbeau et Steinbeck, de lire des lamentations romantiques. Merci René Depasse!

  3. Merci beaucoup, j’aime beaucoup ce site qui m’aide à boucler mes lectures universitaires et personnelles sans problème malgré mes problèmes oculaires. Cependant, j’ai remarqué que dans cet enregistrement, il manque 8 pages et demi (entre “qui n’entendait plus parler le jeune homme, ne savait que penser de ce silence” à la 22e minute, et “prêtre du Très-haut, qui m’entendez”). J’espère que mon message pourra vous aider à corriger ce petit problème afin que les prochains auditeurs puissent profiter pleinement de cet ouvrage.

  4. Merci pour cette lecture. Votre voix est vraiment voluptueusement singulière et rand les personnages si vivants. C’est toujours un plaisir que de vous écouter. Je ne peux que vous encourager vivement à continuer, c’est très apprécié. Vous faites tous un travaille honorable. Cela dit, pourriez vous nous lire les Mémoires d’Outre-Tombe ?A vrai dire, je trouve étonnant qu’un tel chef-d’œuvre soit, pour ainsi dire, ignoré ou oublié.