Mad Monkton

Mad Monkton

« Alfred Monkton baissa tout à coup la voix d’un air mystérieux.
– Je crois à la prophétie, parce que Stephen Monkton lui-même se tient là, debout au moment où je parle , et me confirme dans cette croyance…

Etait-ce l’horreur solennelle qui se peignait sur son visage, au moment où il se tourna vers moi ?
Etait-ce que n’ayant jamais cru aux bruits répandus sur sa folie, je me voyais tout à coup forcé de me rendre à cette effrayante conviction ? – Véritablement, je ne saurais le dire : mais, tandis qu’il parlait, je sentais mon sang se figer dans mes veines […], et j’avais conscience que je n’aurais jamais osé tourner la tête pour regarder ce qu’il me montrait ainsi derrière mon épaule. »

Mad Monkton constitue l’une des rares incursions de Wilkie Collins dans le fantastique. Il met au service de ce genre son sens de l’intrigue et du détail ; il en résulte un fantastique subtil et délicieusement victorien.

Traduction : Paul-Émile Daurand-Forgues (1813-1883).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Illustration : Portrait d’un gentleman, artiste inconnu (1809).
Références musicales :

Ottorino Respighi, Les Fontaines de Rome, interprété par l’Orchestre Symphonique de Rome, dirigé par John Barbirolli (1939, domaine public).

Livre audio ajouté le 02/10/2013.
Consulté ~20141

Lu par Vincent de l'Épine

Suggestions

39 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci à vous emilieemilie… il ne faut pas abuser de Dracula, et respecter strictement la posologie. Toutefois nous faisons le maximum pour que vous puissiez poursuivre votre traitement. Nous avons terminé hier la traduction de la partie III, et plusieurs chapitres sont déjà enregistrés. Laissez-nous quelques semaines pour finaliser les choses et nous serons en mesure de publier cette troisième et avant-dernière partie.
    je vous remercie de vos commentaires sur Mad Monkton ; je suis comme vous sensible à la beauté de la fin de cette belle histoire.
    A bientôt !

  2. J’ erre comme une âme en peine sur le site, le cou et les veines tendus vers Dracula. En attendant j’ai de nouveau écouté Mad Monkton . Le souvenir était encore trop frais pour prendre un vrai plaisir. Mais la fin est si émouvante que je n’ai pas regretté ma seconde écoute .

    Merci pour la seconde fois.

  3. Chère Gaelle,
    Vous avez raison,c’est une hisoire vraiment originale et que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire… Il y a bien longtemps maintenant ! Ces histoires fantastiques un peu “nonchalantes”, sans effet horifiques ostentatoires ont beaucoup de charme. A bientôt au détour d’une autre lecture !

  4. Cher Vincent, je vous remercie de cette belle lecture ! J’ai été particulièrement séduite par cette traduction dans un français classique mais pourtant fluide.
    La personnalité troublée de Mad Monkton, l’histoire mystérieuse de sa famille, la qualité de votre enregistrement et l’ambiance musicale, tout concourt à dévorer les chapitres à votre écoute.

  5. Bonjour Coraline,
    L’écriture de Collins convient bien à cette histoire, “aux frontières du fantastique”. Comme vous le dites, c’est une occasion d’aborder des thèmes très intéressants.
    Et nous avons droit en plus à une belle description d’un chateau gothique que n’aurait pas renié Ann Rathcliffe…
    Il est dommage que Collins ne se soit pas autorisé à flirter plus souvent avec le fantastique. Merci de votre retour 🙂 !

  6. Très cher Vincent comme toujours je me suis régalée avec ce récit, j’ai tout simplement a-do-ré !!!
    Cette ambiance étrange, cette famille maudite, cette quête un peu folle mais surtout cette réflexion sur l’héritage immatériel de chaque famille.
    L’aliénation est elle mentale ou uniquement le fruit de cette lourde transmission familiale ?! Le destin de chacun est impacté par cette prophétie et chacun fait sa vie comme il peut avec cette épée de Damoclès au dessus de la tête… Comment vivre sereinement avec cette histoire familiale ?!
    Et encore une fois votre voix nous transporte littéralement dans l’histoire au point que l’on peut presque sentir ce spectre debout derrière nous… j’en ai frissonné !!
    Un très grand MERCI !!!

  7. • • •More