Les Plans du Bruce-Partington

Les Plans du Bruce-Partington

Mycroft Holmes, le frère de Sherlock Holmes, vient au 221B Baker Street pour une grave affaire d’État : trois jours plus tôt, les plans du sous-marin Bruce-Partington ont été dérobés à Woolwich, où ils étaient gardés dans un coffre. Ce sous-marin doit conférer un avantage considérable au Royaume-Uni grâce à la technologie de pointe qu’il emploie et qui doit rester secrète. Seules deux personnes de grande confiance possédaient une clé de ce coffre : James Walter et Sidney Johnson, tous deux catastrophés par le vol.
Peu après, Arthur Cadogan West, un employé de l’arsenal de Londres, a été retrouvé sans vie sur le bord d’une voie de chemin de fer. Il portait sur lui 7 des 10 feuillets constituant les plans du sous-marin. Les 3 feuillets manquants sont néanmoins les plus importants car ils contiennent les innovations secrètes du submersible. Mycroft demande à son frère de les retrouver et d’éclaircir la mort de Cadogan West.

Cette nouvelle est tirée du recueil La Nouvelle Chronique de Sherlock Holmes.

Traduction : Louis Labat (1867-1947).

Consulter la version texte de ce livre audio.
Remarques :

La mention « (Version 2) » à la suite du titre indique qu’il existe sur notre site un autre enregistrement de ce même texte, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Livre audio gratuit ajouté le 25/05/2019.
Consulté ~6194

Lu par Daniel Luttringer

Suggestions

20 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Relire plusieurs fois les livres lus par différents narrateurs, c’est un vrai plaisir et même un grand luxe,qui permet d’aller de découverte en découverte. Et s’il pouvait exister encore plus de versions, ce n’en serait que plus riche. Merci à tous/toutes les narrateurs/trices de LA

  2. Doidic est visiblement le seul à défendre l’exclusivité en matière de lecture, d’où que je me suis accordé le droit de lui faire gentiment et sans façons ce canular.

  3. Votre commentaire me fait chaud au cœur!

    Je n’ai aucune prétention de
    “tout savoir(ou presque) sur le verbe chaloir”
    la meilleure preuve étant que j’ai pris soin
    d’en vérifier le sens.
    Je me ferai,bien sûr,un plaisir de consulter
    la page en lien.

    P.S. Avouez quand même que vu l’ambiance un
    peu,disons,tendue,votre intervention pouvait
    porter à confusion,avec le risque de redé*
    marrer des réactions beaucoup moins
    marrantes…

  4. Définition CNRTL
    Chaloir:verbe défectif impers:importer
    et non pas “importuner, déranger”

    “Que vous importe…?”

  5. Définition pour l’ami doidic
    chaloir: genre de félin qui hiberne.
    Au Québec, achaler signifie « importuner, déranger ».
    J’espère que ce n’est pas le cas !

  6. Tout est bien qui finit bien!
    Agréable écoute à toutes et à tous en attendant d’autres échanges aussi fructueux…

  7. …Mais c’est qu’il y a de belles plumes sur L.A. …! (✪‿✪)

    …Et vive les versions multiples !

  8. Permettez que je rectifie:
    “s’entre texte conviendrait mieux!
    Au piédestal de la liberté d’interprétation de celles et ceux qui font de ce site un lieu de rencontre inestimable…

  9. Lyse, qu’importe le flacon….

    J’aime mes flacons ciselés pour faire passer mon message. Si vous préférez une bouteille en plastique, c’est votre droit le plus absolu !

    Mon message à propos des audiolivres est donné, comprenne qui pourra…

  10. Si c’est la vôtre -de culture- à laquelle vous vous référez,je vous suggère de relire avec plus d’attention “Les Précieuses ridicules” que vous semblez affectionner tout particulièrement et de vous familiariser aussi avec l’humour,
    par exemple…

    P.S.Quelle perspicacité d’avoir deviné pour Molière!
    Et pour “les oeuvres de Mozart” une autre de vos fulgurances à nous proposer, peut-être?

  11. Permettez-moi, cher Claire-Marie, et ce, sans vouloir défendre Doidic, de dire que votre charmant discours m’a tout de suite rappelé Les Précieuses Ridicules. J’avais donc tout de suite deviné que vous alliez citer Molière ! Eh oui, c’est beau la culture !

  12. Doidic, que vous chaut qu’un donneur de voix décide de donner une nouvelle interprétation aux auditeurs de LA?
    Vous êtes vous arrogé le rôle d’arbitre des élégances du site?
    Si vous pensez avoir ce rôle, vous le connaissez bien mal!
    Le plaisir d’un véritable amateur d’audiolivres est la multiplicité des interprétations possibles d’un même texte.
    Un véritable amateur d’audiolivres sait que, par essence, le texte n’est pas le seul enjeu de l’enregistrement.
    Un véritable amateur d’audiolivres sait toutes ces choses.
    Pour preuve, sur d’autres sites, anglo-saxons, ceux-là, personne ne s’offusque de voir la publication d’une version 6 d’un même texte !

    Je suis au regret de comprendre que vous n’allez jamais au théâtre et que vous n’écoutez jamais de musique. En effet, depuis la création des pièces de Molière et la composition des œuvres de Mozart, des inconscients ont osé en donner de multiples interprétations…chose impensable selon vous

    L’enregistrement d’un texte n’est pas la simple lecture de mots, c’est son interprétation.
    Mais, il est vrai que seul un vrai amateur d’audiolivres sait cela…

  13. “Ce qui est choquant” c’est ce procès d’intention
    empiétant sur le libre choix des lecteurs.
    Monsieur Depasse,que je salue au passage,
    a aussi “diffusé une version 2″de certains
    textes et c’est son droit le plus absolu,
    ainsi qu’à tous ceux qui nous offrent
    le meilleur d’eux-mêmes
    pour notre plus grand
    bonheur!

  14. Bonjour, pourquoi diffuser une version 2 ? La première n’étant “bonne” ? Ce qui est choquant pour René Depasse. cela n’apporte rien, bien au contraire.
    JD