Soldats carlistes

Le Cabecilla – Salvette et Bernadou

Deux contes « guerriers », extraits du recueil Études et Paysages, qui finissent mal.

Le Cabecilla (chef de bande dans les guerres civiles espagnoles) se passe pendant une guerre des carlistes contre les républicains. Cette tragédie (1873) est racontée avec une sobre émotion par Alphonse Daudet.
« Singulier spectacle, ce prêtre chef d’armée officiant au milieu de ses soldats ! […] Chaque fois qu’il se retournait vers l’assistance, les bras ouverts pour dire Dominus vobiscum, on apercevait l’uniforme sous l’étole, et la crosse d’un pistolet, le manche d’un couteau catalan soulevant le surplis froissé. »

Salvette et Bernadou, un duo de Provençaux prisonniers en Bavière dans un hôpital, un soir de Noël : « Nous sommes en l’an de grâce mil huit cent soixante-dix, et la naissance du Christ n’est qu’un prétexte de plus pour boire à l’illustre Von der Than et célébrer le triomphe des guerriers bavarois. […]
Ce minuit solennel, qui sonne à tous les clochers de la ville, tombe lugubrement dans la nuit blanche des malades. »
Les deux amis vivent une bien triste nuit…

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Remarques :

Versions textes : Le Cabecilla, Salvette et Bernadou.

Livre ajouté le 18/06/2013.
Consulté ~13 353 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.