Lady Roxana, ou L’Heureuse Maîtresse

« Je croyais que la femme était un être libre, aussi bien que l’homme ; qu’elle était née libre, et que, si elle savait se conduire convenablement, elle pouvait jouir de cette liberté avec autant de profit que le font les hommes. […] La véritable nature du contrat matrimonial n’était, en somme, rien autre chose que l’abandon de liberté, des biens, de l’autorité, de tout, à l’homme, et la femme n’était plus véritablement dès lors qu’une simple femme à tout jamais, c’est-à-dire une esclave. »

Ce roman de Defoe, souvent qualifié de protoféministe, écrit en 1724, présente sous un style de narration autobiographique les aventures de cette femme qui, après avoir été abandonnée avec ses cinq enfants par son « sot » de mari parti courir le monde, deviendra une courtisane pour échapper à la misère…

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : B.H.G. de Saint-Heraye (1845-1913).

Licence d'utilisation : CC BY : Attribution

Références musicales :

Notice sur Daniel Defoe et Préface – Ouverture et final :
François Couperin, Les Fastes de la Grande menestrandise (Les Notables), interprété par Marcelle de Lacour, clavecin (domaine public).

Chapitres 1 à 7 – Début :
François Couperin, Les Fastes de la Grande menestrandise (Les Viéleux), interprété par Marcelle de Lacour, clavecin (domaine public).

Chapitres 1 à 7 – Intermèdes et Final :
Domenico Zipoli, Sarabanda, interprété pas Ruggero Gerlin, clavecin (domaine public).

Chapitre 7 – Final :
François Couperin, Les Fastes de la Grande menestrandise (Les Notables), interprété par Marcelle de Lacour, clavecin (domaine public).

Livre ajouté le 08/10/2010.
Consulté ~22 802 fois

Lu par Christine Sétrin

Suggestions

8 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci à vous chère Christine pour votre commentaire :).

    Comme vous, j’ai du mal à trouver Roxana (et Moll Flanders, également disponible sur le site, si ça vous dit 😉 ) vraiment sympathique. Serait-ce parce que les héroïnes de Daniel Defoe sont trop… humaines 🙂 ? Ni exemplaires ni absolument odieuses, elles sont confrontées aux difficultés du quotidien, à la menace de la misère et cherchent à y échapper par les moyens qui sont à leur portée, souvent bien terre à terre… 🙂

    Bonne journée !!!

    Ch.

  2. Merci infiniment Christine pour cette splendide lecture. Vous avez su à merveille nous transporter dans les boudoirs et les alcôves de Lady Roxana.
    Je n’ai pas encore compris si j’ai trouvé l’héroïne sympathique ou pas mais j’ai aimé la description du milieu et de ce féminisme avant l’heure. Encore un grand merci!

  3. Bonjour,

    Lecture parfaite ,.Il n’y a rien de nouveau sous le soleil ,mais j’ ai été surpris par la ‘liberté ‘ d’ écriture pour 1724 .grâce à vous j’ ai appris ce qu’est le proto féminisme .

  4. Merci beaucoup cher(e) Lagaz pour votre commentaire 🙂 !!!

    Je vous souhaite de nombreuses autres découvertes sur le site…

    Très belle journée,

    Ch.

  5. J’ai passé des heures très agréables à écouter cette lecture. L’histoire est captivante et votre voix, délicieuse à entendre.
    Merci…:-)