Fred Barnard, Barnabé Rudge et Grip son corbeau (ca. 1870)

Barnabé Rudge

• • •More

Barnabé Rudge, paru en 1841, est un roman historique relatant les émeutes « anti-papistes » du 2 au 10 juin 1780, où le peuple londonien, fanatisé par le chimérique Lord George Gordon, conduisit la ville au bord de l’abîme.
L’action débute en 1775, dans l’entrecroisement de destins familiaux autour d’un meurtre ancien, au premier rang desquels celui de Mary Rudge et de son fils idiot, Barnabé, hantés tous deux par un passé terrifiant. Cinq années plus tard, la survenue, un soir d’orage, de Lord Gordon jette tous les protagonistes au cœur du bruit et de la fureur.
Dickens nous fait parcourir l’ensemble de la société anglaise, des bas-fonds à la gentry, alternant les registres – sentimental ou cruel, drôle ou pathétique – associant critique sociale et une verve éminemment théâtrale, féconde en caractères de toutes sortes, dont il a le secret. Son récit, à l’instar des plus grands, est aussi celui d’un poète et d’un visionnaire.
Pour finir, le dernier mot reviendra à l’insubmersible bonhommie de l’artisan-serrurier Varden, à l’amour éperdu de Joe, l’aubergiste, pour Dolly, la fille de ce dernier, à la passion de Barnabé, le simple d’esprit, pour tout ce qui porte la vie… et à son compère, Grip, corbeau doué de parole, qui inspira à Edgar Poe son plus célèbre poème.

Traduction : Bonnomet (1864).

Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Remarques :

Version texte : Tome 1, Tome 2.

Références musicales :

Edward Elgar, Variations Enigma I à XIV, interprété par John Barbirolli et l’ensemble Halle Orchestra (domaine public).

Livre audio gratuit ajouté le 29/04/2022.
Consulté ~488

Lu par Bernard Mora

Suggestions

8 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. J’ai suivi avec un grand intérêt le déroulement de ce roman foisonnant, baroque, qui manque d’unité, mais qui a du charme. J’ai surtout apprécié la partie historique avec la saisissante descriptions des Gordon riots (dont j’ignorais tout). Et puis vous êtes un excellent lecteur aussi bien dans la narration que dans les dialogues, mention spéciale pour votre transformation en corbeau. J’adore “je suis un démon”!
    Monsieur Mora j’ai tout de même une critique (respectueuse) à vous faire : parfois vous vous laissez emporter par votre maîtrise de la langue et vous vous mettez à foncer un peu trop. J’ai dû, à de nombreuses reprises, repartir en arrière pour mieux saisir une phrase ou un passage. c’est dire que je vous écoutais attentivement! Merci pour votre travail.

  2. La lecture est excellente mais je n’ai pas été emballé par ce Dickens qui m’a beaucoup moins plu que ceux que je connaissais.
    Pourtant il y a de l’humour, des personnages truculents mais je ne suis pas vraiment rentré dans l’intrigue.
    Quoi qu’il en soit, merci !

  3. Merveilleuse lecture. Bravo et merci monsieur.
    J’enregistre votre production et le lirai complètement dès que possible.

  4. Oui JPB…
    Si je n ‘ etais pris par ma… quadruple lecture de la Recherche… ( le texte… rien que le texte…😜 de l’ edition Quarto Gallimard… les audiolivres des editions Theleme… les 149 lectures de la Comedie Française sur You Tube… JPB et Monique VINCENS sur LA… )… je me serais précipité sur ce DICKENS… un des quelques que je n ‘ ai pas lus… d’ autant que le bout de l’ oreille trempee dans la lecture de Bernard MORA… promet bien du plaisir *! Ce n ‘ est que partie remise…

    Ps… J’ en suis aux deux tiers de ” Du côté de Guermantes “… que je trouve plus inegal que les deux premiers volumes… Je sais que je vais herisser la moustache de l ‘ adorateur que vous êtes… mais… il arrive au Narrateur… de tomber dans… l’ enucleage de mouches !… et l ‘ oeil de la mouche est constitué d e beaucouop beaucoup de facettes ! 🤭… Par contre… contrairement à celui de PROUST… il distingue mal les details … 😊…

    1. Les deux premiers et le dernier volumes de la Recherche sont, à mon avis, les meilleurs. Cela dit l'”inégal” de Proust reste très bon. Mais, place à l’excellent Dickens !