Émile Littré - gravure de 1872 colorisée

Pathologie verbale

• • •More

Dans Pathologie verbale, ou Lésions de certains mots dans le cours de l’usage (1880), Émile Littré soumet une centaine de mots à une analyse de l’évolution de leur sens depuis leur apparition jusqu’à leur emploi actuel. Beaucoup de surprises vous attendent !

« Comme un médecin qui a eu une pratique de beaucoup d’années & de beaucoup de clients, parcourant à la fin de sa carrière le journal qu’il en a tenu, en tire quelques cas qui lui semblent instructifs, de même j’ai ouvert mon journal, c’est-à-dire mon dictionnaire, & j’y ai choisi une série d’anomalies qui, lorsque je le composais, m’avaient frappé & souvent embarrassé. Je m’étais promis d’y revenir, sans trop savoir comment ; l’occasion se présente en ce volume & j’en profite ; ce volume que, certes, je n’aurais ni entrepris ni continué après l’avoir commencé, si je n’étais soutenu par la maxime de ma vieillesse : faire toujours, sans songer le moins du monde si je verrai l’achèvement de ce que je fais. […] Je les laisse dans l’ordre alphabétique où je les ai relevées. Ce n’est point un traité, un mémoire sur la matière, que je compte mettre sous les yeux de mon lecteur. C’est plutôt une série d’anecdotes ; le mot considéré en est, si je puis ainsi parler, le héros. Plus l’anomalie est forte, plus l’anecdote comporte de détails & d’incidents. Je suis ici comme une sorte de Tallemant des Réaux, mais sans médisance, sans scandale & sans mauvais propos, à moins qu’on ne veuille considérer comme tels les libres jugements que je porte sur les inconsistances & les lourdes méprises de l’usage, toutes les fois qu’il en commet. » Émile Littré


Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration :

Émile Littré (gravure de 1872 colorisée).

Livre audio gratuit ajouté le 07/10/2016.
Consulté ~36242

Lu par René Depasse

Suggestions

• • •More

16 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Formidable !!! La langue française expliquée par Emile Littré !!! Quel dommage qu’il n’y en ai pas plus, c’est proprement jubilatoire.
    Et bien sûr, c’est lu par René Depasse Avec son phrasé qui se prête si bien à la belle langue…
    Mille mercis !!!

  2. Bonsoir cher René,

    Je tiens à vous remercier pour vos choix toujours importants pour moi et augmente chaque jours mes connaissances de l histoire de la langue française .

    Je vous souhaite de la santé et une agréable soirée pleine de repos …

    Bien cordialement,
    Ahmed

  3. Cher René,

    Accordez-moi juste quelque connaissance, cela me suffit. J’ai écouté avec attention l’ouvrage de Léon de Rosny. Je dois reconnaître qu’il me paraît bien dépassé, tout en étant assez représentatif de la façon de penser de certains savants du XIXe siècle. En effet, quel savant oserait aujourd’hui écrire que « l’esprit de Confucius était inapte à tout travail de spéculation intellectuelle et même d’exégèse et de critique », sans immédiatement être la risée de toute la communauté scientifique ! De la même manière, il critique vivement la traduction de Stanislas Julien du Tao-tö king, ce qui est tout de même un comble quand on sait que les traducteurs récents n’ont pas fait mieux ! Et pourquoi la critique-t-il ? Parce qu’il voulait absolument traduire « tao » par « Dieu », ce qu’aucun traducteur moderne n’oserait jamais faire. En fait, je vois très bien ce qu’il voulait faire en traduisant « tao » par « Dieu » : c’est accommoder le taoïsme à la sauce chrétienne pour conforter ses propres opinions. Aucun savant digne de ce nom ne procéderait ainsi aujourd’hui.

    Voilà cher René, ma réponse à votre question. J’espère qu’elle ne vous décevra pas trop.

    Amitiés, 🙂

    Ahikar

    (P.-S. – Je m’en retourne maintenant à la lecture d’un très bel ouvrage que m’a envoyé un auditeur.)

  4. Cher Ahikar,quel jugement de connaisseur portez_vous sur L IDEE DE DIEU DANS LA PHILOSOPHIE RELIGIEUSE CHINOISE de Rosny?Merci d’éclairer le bon peuple de votre savoir sinisant(je n’ai pas dit sinique!)

  5. Merci cher René pour toutes ces pathologies verbales qui se dégustent comme des sucres d’orge ! 🙂

  6. Remarquer cette étrange définition de “limier”, très probablement due au compositeur :

    “Le mot ne veut dire que l’animal ou l’homme tenu par un lien.”

    Nestor Plasma, c’est pour ça qu’on l’aime

  7. — Merci pour cette lecture.

    — Noter qu’il est parfois très difficile voire impossible pour Nestor Plasma de comprendre le texte, car, comme n’importe quel autre auditeur, il n’entend ni les guillemets ni l’italique (deux outils typographiques que Littré, soit dit en passant, sous-emploie dans tous ses ouvrages et même dans son dictionnaire).
    Un exemple pour le mot “merci” :

    La pathologie en ce mot affecte le genre, qui, féminin selon l’étymologie en don d’amoureuse merci, est masculin dans un grand merci.

    Doit s’entendre ainsi :

    La pathologie en ce mot affecte le genre, qui, féminin selon l’étymologie en “don d’amoureuse merci”, est masculin dans “un grand merci”.

    Nestor Plasma, c’est pour ça qu’on l’aime

  8. — Merci pour cette intéressante lecture.

    — Une fois de plus, Nestor Plasma tient à mettre son grain de sel culturel dans la conversation et signale ou rappelle que, contrairement à ce que beaucoup croient, le mot “gent”, dont il est parlé ici, se prononce [jan] et non [jant], et ce aussi bien selon les dires de Littré que de Robert.
    Voir :
    http://www.littre.org/definition/gent

    Nestor Plasma, c’est pour ça qu’on l’aime

  9. merci Mr Depasse, pour nous offrir l’opportunité d’accéder à la lecture donc à la possibilité de nous cultivér de mieux en mieux.

  10. Bonjour,

    Quel regret de ne pas vous avoir eu comme professeur ,je vous écoute comme le sage qui transmet merci

  11. Bonsoir cher Depasse ,

    Heureux de vous écouter et comme toujours vous êtes pour moi le noyau pour bien approfondir mes connaissances de cette langue aussi riche …

    Je vous souhaite une agréable soirée et pleine de santé .

    Bien cordialement ,
    Ahmed

  12. Bonsoir chère Depasse ,

    Merci de votre présence et j attends toujours vos lectures de l Encyclopédie que j aime bien écouter .
    Bonne soirée et pleine de santé .
    Bien cordialement,
    Ahmed