Gustave Caillebotte - Jeune homme à sa fenêtre

Nantas

Devenu orphelin, Nantas quitte Marseille pour rejoindre la capitale, espérant y faire fortune et connaître la renommée. Acculé à la misère, prêt à en finir avec la vie, voici qu’on lui propose soudain d’épouser la fille du Baron Danvilliers, son voisin et membre du Conseil d’Etat. Entre honneurs, fortune, amour… quel destin attend Nantas ?


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio gratuit ajouté le 16/06/2009.
Consulté ~61650

Lu par Martine Leroy Rambaud

Suggestions

23 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci pour cette lecture. Ki m’a permis de
    comprendre cette magnifique (Nouvelle) Nantas.

    Et vous mavais beaucoup aider car j’ai un devoir et
    acose de vous je pourais avoir la moyenne je vous
    remercie

  2. l’histoire de Nantas ressemble a Olivier Bécaille qui s’en sort bien quand il est enterrer. A la fin de Olivier Becaille qui ne retrouve pas sa femme.

  3. Juste merci ! Vous m’avez sauvez la vie car demain j’ai contrôle et je n’ai pas du tout envie de lire le livre, merci beaucoup.

  4. Bonjour Lily et merci pour votre précieux conseil 🙂
    mais ma flûte fait un bizarre bruit de moissonneuse-batteuse quand je souffle dedans.

  5. Bonjour Stanley,

    Petite information qui peut peut-être vous être utile… en tout cas je l’espère :

    Il vous suffit d’enregistrer sur un fichier Audacity votre partie flûte, et de l’ajouter ensuite sur votre lecture et de faire un mixe de l’ensemble.

    Bon enregistrement !

  6. Chritiane, j’ai retrouvé la flûte que j’avais quand j’étais au collège. Je vais pouvoir lire (enfin… massacrer, pour être précis) du Zola tout en m’accompagnant de ma flûte ; ça fera un joli fond sonore. Il faut juste que je trouve une astuce pour jouer de la flûte et lire en même temps.

  7. Ne vous excusez pas, chère Christiane. Vous avez raison sur toute la ligne et je ferais mieux d’aller jouer à la pétanque plutôt que de massacrer la littérature. Quoique… l’hiver approche, alors j’attendrai plutôt le printemps pour la pétanque. Tiens ! J’ai une idée : je vais m’acheter un synthétiseur Bontempi et me lancer dans la musique, des petites mélodies que je mettrai sur Wikimedia Commons.
    Amicalement, Stanley.

  8. Oh Stanley,
    votre petit “merci” gentiment railleur a égayé toute ma matinée ; je vois que vous avez le sens de l’humour. C une qualité rare et généreuse. Ma réaction était un coup bas, je suis désolée. Je me dis pour me consoler qu’on peut apprendre à tout âge et être capable de ne plus recommencer à faire de la peine inutilement. Je vous prie de m’excuser…

    Augustin,
    continuez de modérer…les ardeurs, et de veiller à ce que l’esprit de ce précieux site soit respecté.

    Amicalement à tous deux,

    Christiane

  9. Bonjour Christiane,

    Je confirme que certains commentaires peu amènes peuvent avoir un effet démotivant sur les donneurs de voix qui offrent beaucoup de leur temps. Drôle de récompense pour eux que de se voir descendus ! Nous ne sommes pas sur un site commercial, tout est don ici. C’est pour cette raison que, sans refuser les critiques, nous faisons en sorte d’éviter les mots durs qui peuvent avoir des répercussions négatives pour les autres auditeurs (qui se voient privés d’une voix).

    À Stanley : ta version de “Nantas” est très bonne. Tout comme celle de Martine d’ailleurs ! Sur ce site il n’y a pas lieu d’opposer ; les voix sont complémentaires.

    Amicalement,

    Augustin

  10. Oui, j’ai remarqué que mon commentaire avait été carrément supprimé. G eu d’abord un mouvement d’humeur puis je me suis dit qu’après tout, j’y avais été peut-être un peu fort en écrivant que le donneur de voix avait “massacré” Nantas version II. Je n’ai pas le droit de décourager les gens de bonne volonté ! Mais je suis sentimentale, et il me semblait que ça cassait la baraque, cette façon irrationnelle de lire zappant le pathos du texte, comme si ça faisait suer de lire des mots romanesques… C vrai qu’en repassant les commentaires des diverses lectures, je m’aperçois qu’ils st presque tous élogieux, que seuls ces derniers sont gardés. Enfin, je décide de battre ma coulpe ; je comprends qu’il vaut mieux remercier ou sinon s’abstenir de consommer si ça ne me plaît pas. Merci à tous.

  11. Dommage en effet cette suppression abusive de commentaires, lesquels ne sont que ce qu’ils sont, l’avis de tel ou tel! Pourquoi en avoir peur? Dès l’instant où ils ne sont ni pornographiques, ni insultants, ils devraient rester en place.
    Si tous se congratulent plus aucune congratulation n’a de réelle valeur!

  12. A Melamed, Lily et Christiane C… (dont j’ai oublié le nom de famille car le message a été supprimé par un administrateur du site), merci pour vos témoignages. sachez que j’ai pris autant de plaisir à lire tous ces textes, pour vous et tous les autres auditeurs, que vous semblez avoir apprécié de les entendre.

  13. madame Leroy
    merci pour cette lecture dont le denouement est tellement beau et encourageant – on n’est pas habitue a cela avec Zola – merci de nous faire sortir des sentiers battus ou la misere finit toujours par l’emporter chez cet auteur.
    c’est pourtant vrai que “sans amour on n’est rien du tout” Edith Piaf.
    shalom a vous et encore merci.