Fleur de cerisier (Bucarest, Roumanie, 2010)

La Petite Fille en rose pâle

Voici une petite nouvelle, toute simple et très courte, rédigée dans le cadre de ma série Sillons d’existence, sorte d’exercices d’écriture qui consiste à observer une scène plus ou moins quelconque durant quelques minutes, et à essayer d’en retranscrire la magie, la grâce et la douceur, avec l’intensité du-de la contemplateur-trice.

Ce matin-là, ce fut une petite fille en rose pâle…


Consulter la version texte de ce livre audio.
Références musicales :

Antonín Dvorák, Concerto pour violoncelle Op. 104 n° 2. Adagio ma non troppo, interprété par Pierre Fournier et l’Orchestre Philharmonique de Berlin, dirigés par George Szell (1961, domaine public).

Livre audio gratuit ajouté le 24/06/2018.
Consulté ~3962

Lu par Esperiidae

Suggestions

10 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour Dorien,

    Merci infiniment pour votre gentil commentaire qui me va droit au coeur! Il est vrai que je consacre tout mon temps disponible pour le projet Guerre et Paix”, au détriment des projets en solo, que je remets toujours “à plus tard”…

    Je vais néanmoins essayer d’en poster quelques uns ces prochaines semaines/mois, afin de varier un peu mes plaisirs (et les vôtres?) ;-).

    A bientôt !
    Amicalement,
    Esperiidae

  2. Chère Esperiidae,
    Vous avez une très jolie voix !
    Dommage que vous ne lisiez pas plus souvent en solo.
    Merci

  3. Cher Christian,

    Je suis heureuse que la petite fille en rose pâle, et mon interprétation, vous est ainsi ravi :-).

    Merci pour votre compliment.

    Amicalement,
    Esperiidae

  4. Cher Alain, me voici très flattée par vos éloges… vos compliments me font plaisir et m’évmeuvent d’autant plus qu’ils viennent d’un des DDV que j’admire sincèrement! Merci

    Merci cher Jean-Pierre pour cette exclamation bien agréable à lire 🙂

    Merci à vous également cher Jean, pour votre commentaire. De la mélancolie… peut-être, je ne sais pas, ce n’était pas “voulu”. Mais peut-être est-ce simplement parce la mélancolie fait un peu partie de mon tempérament ;-).

    Merci encore à vous trois.
    Cordialement et au plaisir!

  5. Derrière des mots subtilement choisis plane une légère mélancolie…
    Merci Espiriidae pour la beauté de ce texte ainsi que pour son interprétation !

  6. Merci Esperiidae pour ce très beau texte, d’une touchante et subtile sensibilité et pour cette très belle lecture. On est, de plus et comme à l’accoutumée, sous le charme de votre voix !
    Bien cordialement,
    ALAIN D.