Portrait de Gustave Flaubert, par Eugène Giraud (vers 1856)

L’Éducation sentimentale (Extrait 2)

Dernière rencontre de Frédéric et de Madame Arnoux. Cet adieu est l’écho attristé du “Ce fut comme une apparition” de la première rencontre.

« Il voyagea. Il connut la mélancolie des paquebots, les froids réveils sous la tente, l’étourdissement des paysages et des ruines, l’amertume des sympathies interrompues. […] »


Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 27/10/2008.
Consulté ~20112

Lu par René Depasse

Suggestions

11 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. qu’est ce que je n’aime pas votre façon de lire
    on se croirait dans les années 20
    ce n’est pas parce que ce sont des textes “anciens” qu’il faut prendre ce ton d’un vieil acteur des années 30
    au secours

  2. Je crois qu’il ne faut pas en tenir rigueur à Al’i, j’ai détesté l’école et la littérature française moi aussi à l’adolescence et finalement j’y reviens aujourd’hui.

  3. J’adore Flaubert!
    Quelqu’un sait-il ou je pourrais trouver le roman complet de l’Education Sentimentale en livre audio ?

    Merci d’avance.

  4. message à Al’i. si tu es obligé de lire un roman quelconque pour une raison ou une autre, je te propose de faire une lecture désodonnée ; de commencer par exemple par un chapitre au milieu, de passer ensuite aux dernières pages, et puis reprendre la lecture depuis le début, ça te donnera plus d’envie de lire et de deviner à chaque fois … pour moi, Flaubert, je n’oserai jamais dire que je le deteste…

  5. Quelqu’un sait-il ou je pourrais trouver le roman complet de l’Education Sentimentale en livre audio ?
    Svp c’est vraiment urgent…
    Merci d’avance.

  6. J’entends Flaubert rire du fond de son tombeau devant votre prose… Lui employait un langage coloré pour dire sa colère devant la bêtise et avec quel panache !

    Quant à vos appréciations sur son oeuvre, je laisse Flaubert vous répondre :

    “A moins d’être un crétin, on meurt toujours dans l’incertitude de sa propre valeur et de celle de ses oeuvres.”

  7. je deteste flaubert !!! g ete obligé de lire cette merde de livre ainsi ke madame bovary! mon dieu si javais connu ce site jaurai pas eu a le lire !!! grrrrr heureusement kil é mort celui la !