Léon Gozlan, par Nadar (1900)

Balzac en pantoufles

Léon Golzan, écrivain d’origine marseillaise, fut proche ami de Balzac, on pourrait dire, son secrétaire.

Dans Balzac en pantoufles, il raconte quelques épisodes cocasses de la vie de l’écrivain : la demeure qu’il s’est étrangement « aménagée » près de Paris, ses prétentions et tentatives en matière de théâtre, ou encore ses déconvenues avec la caste journalistique…

Un portrait tendre, affûté, drolatique et parfois consternant, de l’illustre Honoré de Balzac.

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Illustration : Léon Gozlan, par Nadar (1900) (Domaine public).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 20/10/2021.
Consulté ~1 905 fois

Lu par Julie

Suggestions

11 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Je vous remercie de m’avoir permis de découvrir la vie quotidienne de ce grand écrivain.
    Je découvrais aussi votre lecture qui m’a beaucoup plu et que j’espère retrouver bientôt.
    Ecore merci.
    Marc.

  2. Chère Julie
    Je vais répondre à votre message perso (qui m’a fait très plaisir)dans quelques jours: un peu plus de travail que d’habitude cette semaine.
    Je me suis vraiment régalé avec Gozlan !
    Je me réjouis d’avance à la pensée de vous entendre lire Cézanne (mon coup de coeur de gamine (et de toujours d’ailleurs) c’était Zola 😉
    Bonne soirée et à très bientôt
    Fraise

  3. … et pour Georges Darien, je transmets la suggestion aux lectures à venir, car en effet, la liste est déjà longue pour moi, et j’ai un autre libertaire en attente, Ernest Coeurderoy et son deuxième volume de péripéties anglaises..

  4. Merci Lïat, j’accueille joyeusement ma nouvelle parentalité !
    Et merci Fraise !!
    Votre enthousiasme (et vos compliments) me ravissent, et me poussent tout à fait à continuer !
    Je prends vos suggestions à la lettre ! J’ai un enregistrement de Simone Veil qui veille (…), et après ça, je me ferai un plaisir de cette princesse qui m’interpelle tout à fait, et encore d’avantage du livre sur Cézanne !!! Ce peintre, c’était mon coup de cœur de gamine… que le hasard fait bien les choses, je serai ravie de retrouver cet amour de jeunesse !
    A bien vite, donc… 🙂

  5. Et en fait, si vous vous ennuyez lors de longues soirées d’automne, sait-on jamais 😉 , si le sujet vous intéressait et, surtout, si on trouvait le livre, j’adorerais vous entendre lire Cézanne écrit par Ambroise Vollard (Christine Sétrin a lu ses Souvenirs d’un marchand de tableaux sur LA) où il parle de la peinture mais aussi de l’amité de Zola et de Cézanne.
    Une nouvelle de Balzac Les secrets de la princesse de Cadignan mériterait une version 2 lue par une voix féminine. C’est plus (autrement ?) intéressant que Massimilla Doni 😉
    Et il y a un écrivain anarchiste comme vous avez lu Louise Michel et Emma Goldman que je garde précieusement sur mon lecteur mp3 😉 Il s’appelle George Darien et a écrit des romans qui m’ont l’air intéressant. Son Bas les Coeurs est sur le site si vous voulez vous faire une idée de l’auteur. Mais il faudrait avoir plus de temps car il s’agit des romans.
    Voilà, si un jour vous cherchez des sources d’inspiration 😉

  6. Merci, merci chère Julie !!! Pour ceux et celles qui ont apprécié ce livre, je viens de terminer Balzac chez lui du même auteur: très agréable à lire :-).
    Imaginez mon ravissement en trouvent votre magnifique enregistrement! Voilà un beau programme pour ce week-end un peu gris 😉
    Merci encore et j’espère vous retrouver pour d’autres moments de plaisir littéraire exceptionnels! J’aime beaucoup votre façon de lire et quelle jolie voix vous avez chère Julie!

    Je vous souhaite un très beau week-end, un bel automne et portez-vous bien.
    Chaleureusement,
    Fraise

  7. Merci Lïat et Franck pour vos messages !
    Et bien c’est Fraise Sauvage, une auditrice assidue du 1er confinement qui me l’avait vivement conseillé, il est vrai que c’était fort plaisant de découvrir Balzac démystifié… ! Heureuse que ça vous plaise !

  8. Merci pour cette riche découverte, tout à fait étonnante et méconnue. Votre lecture est un bonheur de bout en bout. Le découpage en chapitre de 10 à 30 minutes est idéal. Une plume alerte et agile. Quand le romancier devient à son tour personnage, presque de fiction, tant ce Balzac, pourtant si réel, le paraît si peu, déformé par le mythe. Mais comment avez-vous connu ce Balzac de “première main”, qui en remontre au Balzac réinventé, fantasmé d’un Stefan Zweig ? Sans vous, nous serions passés à côté, sauf à l’effleurer par un bref passage (pour moi) au Château de Saché.