Pierre Auguste Renoir - La ferme a Collettes 1915

La Dame Hollé

« Une veuve avait deux filles, l’une belle et active, l’autre laide et paresseuse. Mais elle aimait bien plus la fillette paresseuse et laide, comme étant sa propre fille, que l’autre qui devait faire tout l’ouvrage et qui était la Cendrillon du logis. La pauvre enfant devait se mettre tous les jours sur la grande route, près d’un puits, et filer sans relâche, au point que le sang lui coulait des doigts. […] »

Traduction : Félix Frank (1837-1895) et E. Alsleben (1869).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Références musicales :

Piotr Ilitch Tchaïkovski, Ouverture 1812-Opus 049a, interprété par l’Orchestre Symphonique de Chicago, dirigé par Fritz Reiner (1956, domaine public).

Bruitages extraits de Dinosoria (licence Cc-By-Nc-Sa-3.0).

Livre audio ajouté le 23/11/2013.
Consulté ~15 724 fois

Lu par Bruissement

Suggestions

5 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Patricia, votre enthousiasme fait plaisir! Et c’est très gentil à vous d’avoir pris la peine de m’en faire part :-);
    Je vous souhaite beaucoup d’autres “régalades” sur LA…

  2. J’adore ce que vous faites! J’ai bien aimé votre interprétation pour les deux filles, la mauvaise mère, la Dame Hollé… Un grand merci pour cette lecture ! 🙂 Je me suis régalée! 😉

  3. En effet, chère Gallina, la morale de ce conte doit faire penser au travail, mais pas seulement; je dirais même qu’elle doit faire plutôt penser à la gentillesse et toute vraie gentillesse conduit au travail, au travail bien fait pour autrui. Et toute gentillesse est récompensée de joie, cette jolie parure d’or que l’on trouve au fond du coeur, tandis qu’il arrive qu’un travail acharné mais égoïste n’apporte que l’or sec et froid qui se trouve dans les porte-monnaies