Henri Roorda

À prendre ou à laisser

Henri Roorda (1870-1925), pédagogue, professeur de mathématiques lausanois, est aussi humoriste, pamphlétaire connu sous le nom de Baltasar.

À prendre ou à laisser, publié en 1919 est un recueil de 73 petites chroniques humoristiques, caustiques mais sans méchanceté publiées dans les journaux La Tribune et La Gazette dans lesquelles il décortique nos gestes les plus anodins et où l’absurde le dispute au politiquement incorrect.
Ces petits textes laissent transparaître l’humour et le pessimisme joyeux de Roorda, témoin effaré de la Grande Guerre qui veut remettre de l’humanité dans l’homme. (Biliothèque Numérique Romande)


Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio gratuit ajouté le 16/04/2013.
Consulté ~10449

Lu par Domi

Suggestions

14 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Chère Lyse,

    Merci de votre message.

    J’ai découvert Roorda par hasard ; j’aime beaucoup
    ce qu’il écrit particulièrement ce texte. Je suis contente que vous l’aimiez aussi.

  2. Chère Domi,❤

    Vous avez une incomparable façon de présenter vos lectures !
    Votre voix est tellement attachante !

    Ces pages de Roorda méritent plusieurs écoutes.
    Chaleureux MERCI ! (◕ᴗ◕)

  3. Chère Paruline,
    Merci de votre commentaire.
    J’aime beaucoup ce texte, et j’ai eu un grand plaisir à l’enregistrer.
    Domi

  4. Chère Domi !

    Quelle belle et bonne lecture !
    Merci de tout cœur de cet ajout
    à notre culture .
    Une musique pour nos oreilles…
    Vous êtes très appréciée !

  5. Merci à tous pour vos commentaires.
    Je crois que je relirai ces textes de temps en temps : ils me paraissent salutaires. J’ai aussi vu que Roorda avait écrit “Le roseau pensotant” et je compte m’y plonger.
    Je conseille aussi certains passages du livre “Le pédagogue n’aime pas les enfants”.
    Bonne semaine.
    Domi

  6. Je ne connaissais pas. Très amusantes chroniques. Très belle lecture.

    J’aime bien aussi « Le roseau pensotant ».
    « Au temps de Pascal, l’homme était un roseau pensant. Mais, pour les hommes d’aujourd’hui, l’obligation de penser est beaucoup moins impérieuse. Nos prédécesseurs ont pensé pour nous. »
    Le Roseau pensotant, c’est l’homme du XXe siècle, atteint d’une faiblesse du raisonnement, ou d’une fainéantise acceptable parce que la technologie a réduit considérablement les difficultés de survie. (in Présentation de l’éditeur)

    Merci encore une fois Domi pour cette charmante découverte.

    Bonne journée à tous,

    Ahikar

    (Le silence de la bonne tiré de La Ligue contre la Bêtise et autres fantaisies théâtrales par Henri Roorda est accessible à l’adresse ci-dessous : http://editionsleflibustier.free.fr/livres/extraits/roorda-ligue.pdf )

  7. Un très grand merci à Madame Domi de nous offrir ces textes excellents à garder constamment dans son lecteur mp3 pour réparer les multiples petits dégâts que pr ovoqueen nous la vie quotidienne.
    En adoptant cette délicate intonation qui ouvre l’écoute aux jeunes enfants vous leur donnez une valeur préventive.
    Merci pour eux!

  8. Merci Domi. La finesse de la lecture reflète merveilleusement la délicatesse de l’écriture. Les associations d’idées sont délicieuses:
    -J’attends ma femme qui choisit un chapeau
    -Courage!
    On remarquera le thème de l’attente et l’amour des chiffres et de la numérologie. Un membre du Parlement de mon pays à qui on demandait si cela ne le gênait pas d’être numéro 3 sur la liste de son parti répondit:
    -Le numéro n’ pas d’importance, ce qui compte, c’est le nombre de zéros qui marchent derrière vous.

  9. Cher Shmuel,

    Mon bon ange Christine est intervenue dès que je l’ai avertie hier.
    Merci de m’avoir prévenue.
    Bonne journée.
    Domi.

  10. En effet, impossible de télécharger. Dans un autre ordre d’idées, serait-il possible d’avoir des audios de Wilkie Collins : entre autres : La Dame blanche. En version anglaise, il y a 32 livres audios mais les donneurs de voix parlent trop vite, je n’arrive pas à suivre. Je vous en remercie beaucoup à l’avance.