René Depasse

HOMMAGE à René Depasse

« René Depasse, et Victoria, étaient les piliers de littérature audio. Sans eux, le site n’aurait sans doute pas connu un si rapide succès. J’adorais l’une, j’admirais l’autre. Victoria et René, c’étaient la qualité assurée d’une lecture parfaite. Bien sûr, les centaines de lectures de René demeurent, et charmeront encore bien des audio-lecteurs, même s’il ne faisait pas l’unanimité. L’originalité est souvent à ce prix.
Mes condoléances à sa famille. » (Pomme Arnaudon)

« Merci René d’avoir autant contribué à l’aspect familial et convivial de ce site collaboratif, dès ses débuts en 2007. Vous étiez un personnage, un vrai passionné de lettres, amoureux des beaux textes et de la lecture à voix haute, qui avez su mettre votre passion au service de nombreuses personnes au travers d’internet : beaucoup d’anonymes de toutes nationalités qui ont écouté votre voix au fil d’une visite, et beaucoup d’autres encore qui vous laissaient des commentaires que vous appréciez souvent. Merci au nom de ma grand-mère qui vous a entendu lire Musset, un de ses auteurs favoris, et merci surtout pour votre présence que vous nous laissez sur internet, au travers d’innombrables heures de lectures qui demeurent pour notre plus grand plaisir. Merci immense à Carole et Christine qui ont rendu vos contributions possibles, par leur aide technique et leur soutien inlassables, parfois quotidiens. Et des pensées particulières à Fabrice, Chantal et toute la famille de René, à laquelle toute l’équipe du site témoigne son soutien et son affection. » (Augustin)

« Monsieur Depasse nous laisse un legs inestimable : celui de sa voix. Une voix comme une eau vive qui nous emporte dans les paysages littéraires les plus variés, tour à tour paresseuse et emportée, légère et grave, suave et ironique. Une voix où éclatent l’intelligence, l’humanisme, et cette sorte de sagesse qu’on devine toujours prête à sourire. Une voix complice, qui ne s’éteindra jamais vraiment.  Une voix amie. » (Pauline Pucciano)

« Quelle magnifique personne que notre René, un des maîtres de Littératureaudio ! Il était aussi érudit, bienveillant, brillant interprète des plus grands auteurs,  plein d’humour, que modeste et ouvert aux autres. Il nous laisse ses lectures, qui sont parmi les plus belles de Littératureaudio. Nous ne l’oublierons jamais. » (Cocotte)

« Beaucoup de tristesse, beaucoup d’émotion.  René Depasse a œuvré pour notre site avec générosité, constance, une variété de textes judicieusement choisis, enrichissant notre bibliothèque, et toujours entretenant un tact relationnel. Merci à lui.  Condoléances très peinées et sincères à ses proches. » (Christiane-Jehanne)

« René fait partie des voix qui m’ont donné envie de devenir « donneur de voix ». Un grand merci René. » (Florent)

« Merci René, pour toutes ces heures d’évasion passées en votre compagnie. C’est en découvrant en 2010 votre lecture de La Fille du Capitaine et de L’Épouvante que j’avais été attiré vers Littérature Audio.  J’ai toujours été impressionné par votre grande érudition, et charmé par votre gentillesse mises au service de la diffusion de la culture. Vous resterez présent dans nos cœurs. » (Vincent de l’Épine)

« Ce qui m’a le plus frappée chez René Depasse lors d’une rencontre entre DDV, en 2011 (me semble-t-il), c’est une grande courtoisie, beaucoup de gentillesse et d’amabilité. De belles qualités à ajouter à sa large contribution au succès de Litteratureaudio… Mes sincères condoléances à sa famille. » (Bruissement)

« Je garde le souvenir d’une profusion de découvertes de textes hauts en couleurs présentés de façon toujours très savoureuse dans les billets de René Depasse, et lus avec délectation par lui-même. Nous retournerons à l’atelier des donneurs de voix en gardant le souvenir de son exemple d’imagination, de persévérance et de fidélité à la littérature. C’était une locomotive pour tous, merci Mr Depasse ! » (Ludovic Coudert)

« Merci, cher René, pour votre talent et votre engagement.
Je pense à tous ceux qui ont découvert la littérature grâce à votre voix et aux nombreux élèves que vous avez aidés quand ils éprouvaient des difficultés à lire. Merci. » (Domi)

« Un ami vient de nous quitter. Son œuvre de partage bénévole gigantesque au sein de notre association restera vivante à jamais. » (Alain Degandt)

« Vous m’avez fait frémir pour les mains d’Orlac, pleurer sur les malheurs de la Pocharde et le destin des Désenchantées, réfléchir sur l’esprit des lois avec Machiavel et Montesquieu, rire tout en Ribouldinguant, rougir des aventures légères de Casanova, surveiller le Vésuve lors des derniers jours de Pompéi. Vous m’avez fait connaître Raskolnikov et Salammbô. Grâce à vous, je sais désormais ce que c’est qu’un amphisbène. Et je rêve, encore et toujours, du parfum des îles Borromée…
Mais, au delà de toutes ces découvertes littéraires, et de toutes les autres qui me restent encore à écouter, ce que je retiens de vous, cher René, ce sont tous nos échanges au quotidien sur notre site préféré, dans lesquels votre gentillesse, votre courtoisie, votre enthousiasme, votre humour toujours respectueux, votre exigence aussi (ah ! vous pouvez dire que vous m’avez fait travailler !!!) étaient toujours au rendez-vous. Merci pour tout. » (Christine Sétrin)

« Hommage à notre vétéran, sévère et passionné, à qui bien des auteurs oubliés doivent une nouvelle vie grâce au numérique. C’est l’écoute de sa voix inimitable dans un roman de Barbey d’Aurevilly, voici une dizaine d’années, qui m’a donné l’envie de rejoindre l’équipe… » (Gustave)

« Merci Monsieur Depasse pour votre ténacité et votre dévouement. Je me souviens encore de la première fois où j’ai entendu un de vos enregistrements, votre style  au léger goût suranné mais si enthousiaste et si juste, vos voix inoubliables. Merci de m’avoir fait découvrir de nombreux auteurs que je ne connaissais pas, de m’avoir accompagnée et inspirée. » (Christine Treille)

« J’avais découvert la voix de René Depasse en 2009 par sa très belle lecture de la Batrachomyomachie, célèbre poème grec ancien qui nous contait le combat des grenouilles et des rats. Je choisis de lui rendre hommage par ses quelques vers du Hávamál :

Meurent les biens,
Meurent les parents,
Et toi, tu mourras de même ;
Mais la réputation
Ne meure jamais,
Celle que bonne l’on s’est acquise.

Longue vie à toutes ses lectures ! » (Ahikar)

« Grand merci à vous, cher René Depasse, d’avoir fait montre si longtemps de courage et de persévérance. Nous vous savons gré d’avoir enregistré des centaines de chefs-d’oeuvre, mais aussi des auteurs moins connus. Merci aussi d’avoir superbement ignoré ceux et celles qui avaient l’outrecuidance d’oser vous critiquer.
Nous nous associons à la douleur de vos proches. » (André Rannou)

« Je découvre avec une immense peine la triste nouvelle de la disparition de René Depasse. La grande famille de Littératureaudio.com est en deuil. » (Alice Lym)

« La voix de René, elle, reste avec nous, à travers les centaines (milliers ?) de textes qu’il a enregistrés pour Littératureaudio.com. C’était quelqu’un d’une grande générosité, d’une grande humilité et très sympathique. J’ai collaboré avec lui sur quelques projets et j’ai eu la chance de pouvoir parler avec lui au téléphone il y a quelques mois. Je n’aurai pas la chance de le rencontrer en vrai mais je garderai un beau souvenir de lui. » (Plume)

« Je salue la mémoire de René, qui fut, avec Victoria, l’un des premiers donneurs de voix que j’écoutais en redécouvrant Oliver Twist. C’était en 2009. Au fil des années, nous avons échangé des moments de complicité dont l’humour et la gaieté resteront vivaces dans ma mémoire. Chaque caprice d’un micro, d’Audacity ou du serveur était l’occasion d’un échange, souvent spirituel, parfois hilarant, j’aimais l’entendre. Il me racontait des tranches de vie incroyables, tout aussi incroyables que le nombre de ses contributions, incroyables… mais vraies. Je crois qu’il vivait intensément, démesurément ses passions… Du moins est-ce l’impression qu’il m’en donnait.
Toutes mes condoléances à sa famille, à ses proches, à ses audiolecteurs. Une pensée particulière pour Chantal, avec qui j’avais eu l’occasion d’échanger il y a quelques mois, et pour son fils Fabrice. Je suis heureuse que sa voix nous reste, et avec elle, un peu de cet élan passionné pour  la littérature et la vie. » (Carole Bassani-Adibzadeh)

♦♦♦

« Quand j’étais professeur de lettres classiques, je commençais chaque cours de français par la lecture d’un poème ou d’un texte court de 5 à 6 minutes. La retraite m’a privé de ce plaisir altruiste, mais grâce à Littératureaudio j’ai pu renouer avec cette joie intellectuelle de partager avec des milliers d’auditeurs la connaissance de chefs-d’œuvre et de découvrir des auteurs que le prof n’enseignait pas ! Et je n’avais jamais, dans ma carrière, reçu de remerciements de Russie, du Canada ni de Roumanie !! De plus, je suis heureux de permettre à un étudiant chinois ou marocain d’améliorer sa connaissance du français. Voilà pourquoi vous m’entendez tant. Le doyen de ce site écrit ces lignes en regardant couler la Seine parisienne. (Excusez-moi de finir ce billet comme les Mémoires d’outre-tombe !) »

Depuis ce message de présentation écrit en février 2009, René Depasse n’a jamais cessé d’enrichir Littératureaudio de nouvelles lectures (au total 3973 !), servant avec la même passion les écrivains célèbres et les moins connus. Sa voix restera, pour la plupart d’entre nous, celle de tous ces auteurs et leurs personnages. De Voltaire à Flaubert, de Maupassant à Dostoïevski, de Casanova à Vidocq, de Sherlock Holmes à Arsène Lupin, de Steinmann à Chauvelier, (re)découvrons les enregistrements de René : c’est le meilleur hommage que nous puissions lui rendre !


Livre audio gratuit ajouté le 06/09/2021.
Consulté ~5162

Lu par René Depasse

Suggestions

55 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Mes condoléances à toute sa famille.

    Sa voix portait une certaine noblesse, tant dans le timbre que dans la prononciation.
    Une voix également qui véhicule beaucoup d’émotions, je ne crois pas être le seul à y retrouver un peu de celle de mon grand père.

    Malheureusement toute histoire a une fin

  2. Je n’apprends qu’aujourd’hui la disparition de monsieur Depasse. J’en ai passé des heures et des heures à écouter ses lectures savoureuses des romans de Huysmans. Adieu cher René !

  3. Merci pour cet hommage pour ce monsieur que je ne connaissais pas personnellement et dont la voix rendait vivant tous ces beaux textes.
    Mes condoléances à sa famille.

  4. C’est avec une tristesse immense que je j’apprends la mort de René Depasse. Je l’aimais trop ce monsieur. Sa voix me faisait énormément de bien.
    J’étais au Sénégal et je me disais quand je serai en France, je ferai tout pour le rencontrer. Je suis en France depuis 2018 mais j’ai malheureusement pas fait des efforts dans ce sens. Je le regrette amèrement.
    Je partage avec vous un poème que j’avais écrit pour lui en 2017 dans l’unique but de le lui remettre un jour. Hélas, mon vœux ne sera pas exaucé.
    Repose en paix.

    À René Dépasse
    Il y a les muses, il y a toi,
    Elles me parlent mais avec quelle voix :
    C’est avec la tienne, Depasse,
    Roi des prêteurs de voix
    Qu’elles me parlent
    Et la tienne seule.
    Cette voix merveilleuse,
    Vous ne la prêtez donc pas seulement
    Aux livres bavards mais muets ;
    Mais aussi, les neuf sœurs,
    Surtout Calliope et Erato te l’empruntent, cher René,
    Pour me parler à moi quand j’écris.

    Fédor est fort,
    Tolstoï est de taille,
    Tourgueniev est solide,
    Hugo est balaise
    Zola est grand,
    Quand je les lis, je le vois.
    Mais quand je t’écoute les lire,
    Ce n’est plus humain leur art :
    Chaque phrase est un miracle,
    Chaque page est une merveille.
    Parce que, Depasse, en plus de leur talent,
    Il y a toi,
    Il y a ta voix.
    ✍Sambe✍

  5. C’est triste de savoir que la voix de René c’est éteinte!
    Je ne connais pas ce Monsieur personnellement, mais il a partagé avec toute l’humanité son talent de lecteur et son amour pour la littérature.
    Les homme sont mortels, mais leurs œuvres restent pour en témoigner de leur passage dans la vie !
    La voix de René porte en elle tout l’amour qu’il a pour la littérature et les humains. Sa générosité témoigne de ce que l’humanité à de potentiel pour un avenir meilleur: la partage !
    Mes sincères condoléance à sa famille et à toutes les personnes qui attendaient les nouvelles lectures de René.

  6. C’est avec une grande tristesse que j’ai seulement maintenant appris le décès de cet homme charmant, courtois, malicieux, et à l’immense culture qui fut mon maître en humanités et qui a guidé mes premiers pas.
    Il fut mon professeur de grec et de latin au lycée Jean-Baptiste Corot de Savigny-sur-Orge entre 1968 et 1971. C’est je crois à l’occasion de la traduction d’un passage de l’Anabase de Xénophon qu’il mit à l’exergue de la copie d’un camarade un peu dilettante une appréciation du genre : si les moustiques ont volé, vous vous avez nagé..
    En terminale il aima à nous faire découvrir le philosophe et poète latin Lucrèce, dont la philosophie correspondait plutôt bien à la sienne. Il aimait la vie.
    C’était aussi l’animateur dynamique et entraînant du club théâtre du lycée qui pendant de nombreuses années donna d’éblouissants spectacles à la mise en scène soignée, avec costumes et décors qui n’avaient rien à envier à un théâtre de professionnels : Mariana Pineda de F. Garcia Llorca, Electre de Giraudoux, Tartuffe de Molière et bien d’autres encore. De nombreux enseignants le secondaient et les actrices et acteurs généralement de première et terminale s’y montraient talentueux, car il était exigeant avec tact et gourmandise.
    C’est lui qui me téléphona un jour de septembre 1976 pour m’annoncer qu’il serait mon tuteur dans le premier de mes 3 stages probatoires en début de carrière de professeur de Lettres Classiques. J’ai encore en tête ses premiers mots : “Aurejac, êtes-vous toujours aussi sérieux ?” !!! C’est cette année-là que le Tartuffe fut joué.
    C’est lui aussi qui un soir de mise au point après les cours me dit tout à trac : “aujourd’hui vous avez été chiant” ! J’avais commis un cours sur Diderot en Terminale où je m’étais ennuyé moi-même : j’étais comme stagiaire en service commandé, et cette partie du programme ne m’exaltait guère comme c’était hélas trop patent ; sa perspicacité avait fait mouche !
    Il me retéléphona encore une fois au tout début des années 2000. Je l’invitai à venir me rendre visite, il avait un fils dans le sud-ouest, mais hélas cela ne se fit pas et je l’ai beaucoup regretté.
    Quel humaniste, quelle urbanité et quelle présence ! Quel privilège d’avoir bénéficié de son enseignement.
    On fait systématiquement le panégyrique des défunts : pour René Depasse, point n’est besoin de se forcer, il mérite amplement ces louanges et plus encore.
    Bravo pour la photo du frontispice où on le voit assis avec un livre au pied d’une colonne antique, en Grèce probablement. C’est tout lui même s’il y paraît un peu grognon… ce qui ne durait jamais chez lui.
    Merci pour tout M. Depasse…

    1. Merci pour votre témoignage . Depuis de nombreuses années je souhaitais savoir qui était derrière cette voix et ce phrasé si particulier et un humour que l on peut percevoir grâce à son interprétation de certains textes dont Sherlock Holmes est un réel exemple ! . Ces milliers d heures de lecture sont un véritable cadeau . Dans certains enregistrements on sent que René Depasse était souffrant mais qu il continuait son oeuvre avec Passion . On ressent cette passion de transmission et d Amour de la littérature et de tous ces textes qui seraient sans doute oubliés .

      Merci encore pour votre témoignage car rien sur internet ne permettait de savoir qui était René Depasse hormis ces contributions et son avis de décès .
      Si un des membres de sa famille lit ce petit message sachez que René Depasse n a pas donné en vain de son temps pour ces lectures et que sa voix devrait continuer longtemps à enchanter la vie des lecteurs auditeurs francophones partout dans le monde.

  7. Toutes mes pensées à vous, René, la première voix que j’ai entendue de Litterature-Audio. Je n’oublierai jamais le plaisir immense que vous m’avez donné dans “Madame Chrysanthème” de Pierre Loti, et tant d’autres, il m’en reste tant à écouter de vous, vous êtes passé à la postérité.

    Christian MOYON, alias CM63

  8. Bien désolé d’apprendre cette nouvelle. Au revoir M. Dupasse, je reconnaîtrais votre voix entre mille. Merci, merci pour tout votre travail.

  9. Au revoir M. Depasse. J’ai aimé écouter vos livres audio, grâce auxquels j’ai passé de nombreuses heures à découvrir nombre d’auteurs.
    Grâce à vos enregistrements, vous avez atteint l’immortalité ! Nous pourrons vous écouter et vous réécouter à loisir.
    Merci pour tout.

  10. Mes condoléances à la famille de M. Depasse. C’est depuis 2008 que j’écoute ses lectures, et même si j’aime aussi d’autres, il a toujours été mon préféré avec l’ambiance et la vie qu’il donnait à tout ce qu’il lisait, surtout les dialogues. Qu’il repose en paix.

  11. • • •More