Taha Hussein

Dans la prison d’Aboul-Ala (Sélection)

Prononciations correctes pour Taha Hussein – Dans la prison d’Aboul-Ala (Sélection)

Taha Hussein (1889-1973), immense écrivain et penseur égyptien, est à juste titre surnommé « le doyen des lettres arabes ». Devenu aveugle à l’âge de trois ans, cela ne l’empêchera pas de faire de brillantes études au Caire, puis à Montpellier et à Paris, avant d’assumer les plus hautes charges dans l’enseignement public de son pays et d’y promouvoir maintes réformes.
Dans cet essai, il analyse l’œuvre d’une autre très grande figure de la pensée arabe : Abū al-ʿAlāʾ al-Maʿarrī (973-1057), devenu lui aussi très tôt aveugle à la suite d’une variole.
Par la profondeur de son esprit, Taha Hussein est au monde arabe ce que Kafka est au monde occidental : une figure incontournable que l’on ne saurait soustraire sans ressentir immédiatement un vide immense. Il y a un avant et un après Taha Hussein. Ceux qui tentent de l’arracher de nos manuels scolaires n’y feront rien. Il est et il sera.

« L’artiste de génie est chargé de chaînes dont il ne peut se défaire sans corrompre son art et dévier de la voie qu’il s’était tracée. Cependant, s’il parvient à soulever ces chaînes, que les choses se mettent en place et que les circonstances lui deviennent favorables, alors il peut faire avec son art ce qu’il veut, sans qu’aucune règle ne le contraigne plus, sans qu’aucun lien ne le retienne plus, ni qu’aucune prison ne l’enferme plus. Il est alors libre comme personne, libre de choisir ce qu’il veut ou ne veut pas faire. » (Taha Hussein, Dans la prison d’Aboul-Ala)
« Si j’ouvre la bouche, vous allez être obligés de me tuer, car ma vérité intérieure n’est pas la vérité établie. Je suis prisonnier de mon savoir, et je le crie. » (al-Maʿarrī)

Je tiens vivement à remercier Jean-Pierre Milelli, traducteur et directeur des Éditions Milelli qui a tout de suite donné son consentement.


Illustration : Taha Hussein
Références musicales :

Houssem bettaibi, Arabian Oud (licence Cc-By-Sa-3.0).

Livre audio gratuit ajouté le 12/02/2013.
Consulté ~42742

Lu par Ahikar

Suggestions

16 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. merci
    je vous remercie pour votre travail depuis que
    j ai découvert les livres audio je n écoute plus de musique tant je suis accro
    mille merci

  2. Bonjour Amir,

    J’aurais bien aimé exaucer votre demande, mais cet ouvrage n’est pas libre de droits.

    Amitiés,

  3. Merci Fayza de vous intéresser à mes lectures. Vous avez raison, ce n’est pas un hasard si j’ai choisi ce nom ; j’ai étudié, plus jeune, ce personnage. Vous pouvez, si vous le désirez, consulter l’excellent livre de François Nau, [i]Histoire et sagesse d’Ahikar l’Assyrien.[/i]

    https://archive.org/details/histoireetsagess00ahikuoft

    Concernant la reprise de cette histoire dans [i]Les Mille et Une Nuits[/i], vous pourrez peut-être trouver des renseignements dans le livre de Jean-Claude Garcin, [i]Pour une lecture historique des Mille et Une Nuits.[/i] C’est un excellent ouvrage, je déplore juste le manque d’un index.

    J’en profite au passage pour remercier Christine Treille pour son beau travail de longue haleine. J’ai déjà écouté avec grand plaisir quelques contes.

    Je vous souhaite à tous une très bonne journée,

    Ahikar

  4. Bonjour. Il y a des coincidences troublantes. Comme je me demandais d’ou venait votre nom, j’ai cherche sur internet et decouvert l’histoire d’Ahikar. Et ce matin je l’entends a nouveau dans le tome 8 des 1001 nuits. Est ce un hasard ce nom ?

  5. Merci Leonardo pour votre écoute.

    Pour répondre à votre question, Taha Hussein étant décédé en 1973, son œuvre n’est malheureusement pas libre de droits. C’est à titre exceptionnel que son éditeur et traducteur Jean-Pierre Milelli a donné son autorisation pour cette lecture. Mais il ne nous est pas permis de mettre le texte en libre accès. Je ne peux que vous donner les références du livre : http://www.editionsmilelli.com/boutique/3-essais/10-dans-la-prison-d-aboul-ala.html

    Pour ceux qui ne connaissaient pas Taha Hussein, et qui désireraient aller au-delà de cette écoute, je conseillerais Le Livre des jours, admirable autobiographie, dont Gide écrivait qu’elle était “l’exemple d’une réussite, d’un triomphe de la volonté, d’une patiente victoire de la lumière spirituelle sur les ténèbres” ; ou encore Adib, ou l’aventure occidentale, remarquable roman où le héros part en quête de la Science, des Lumières, mais se perd à Paris… « C’est, je crois, ce que j’ai fait de mieux » écrivait Taha Hussein.

    Très bonne journée à tous, et longue vie aux écrivains et auditeurs du monde entier !

    Ahikar

  6. Merci, moi je l´ecoute en faisant du footing…une question: a-t il aucun moyen de lire Taha Husayn en ligne et en francais? Merci. LB

  7. Bonjour,

    Merci beaucoup Cheval, Ahmed et Mouss pour vos commentaires.

    Je voudrais ajouter que si quelqu’un avait envie de lire en arabe les vers d’al-Maʿarrī cités par Taha Hussein, je serais ravi de les incorporer. Le livre Dans la prison d’Aboul-Ala ne présente que le texte en français, mais le texte en arabe est disponible dans l’édition bilingue parue chez sindbad (al-Maʿarrī, Les Impératifs, poèmes de l’ascèse, traduits par Hoa Hoï Vuong et Patrick Mégabarné).

    Je profite encore de ce message pour dire que je serais intéressé par des musiques orientales entièrement libres de droits (licence Creative Commons) pouvant aller avec des auteurs tels que Djalāl ad-Dīn Muḥammad Rūmī, Farīd al-Dīn ʿAṭṭār, Nizami Ganjavi ou encore Djami.

    Je voudrais par exemple lire quelques pages du Livre des rois avec des extraits musicaux de Ruhollah Khaleghi (Khooshe Chin – Rangarang In Isfahan :
    http://archive.org/details/IranMusic ), mais il m’en faudrait un enregistrement libre de droits, ou alors une autorisation par e-mail envoyée à l’adresse du site.

    N’hésitez pas à m’envoyer tous liens susceptibles d’être intéressants.

    En vous remerciant par avance,

    Bien amicalement,

    Ahikar

  8. Merci Ahikar pour votre choix et vos démarches, merci aussi pour cette lecture qui permet une bonne compréhension des extraits choisis.