Jack London (1900)

Les Bords du Sacramento

« Soufflez, ô vents, soufflez, aï, ho !
Vers la Californie, ho !
Car il y a de l’or à boisseaux
Sur les bords du Sacramento. »

Le gamin qui fredonne ce sempiternel refrain, appris de son père, c’est le « petit » Jerry, seul à l’entrée de sa cabane, sur la rive du Sacramento. Son père, le passeur d’eau de la compagnie minière du « Rêve d’Or », dont il garde les installations quasi abandonnées, a dû s’absenter pour régler la succession de son défunt frère.
Afin de venir en aide à un couple de fermiers du voisinage, qui veut à tout prix traverser le fleuve pour se rendre au chevet d’un parent mourant, Jerry se trouve contraint de faire fonctionner le système de nacelles, de tambours et de câbles transbordeurs, malgré l’interdiction. Et ce, en pleine tempête !

Dans ce court récit, écrit de main de maître, London aborde de concert le thème de l’épreuve initiatique, celui de la transgression et celui de la transmission. Ici, le passage de flambeau entre deux générations est traité sur un mode plus positif que dans Une tranche de bifteck, bien qu’il soit souligné et encadré par l’évocation d’une mort récente et d’une autre, imminente.

Traduction : Louis Postif (1887-1942), parue dans Gringoire n°555 du 20 juin 1939.
Titre original : The Banks of the Sacramento, publié en mars 1904 dans The Youth’s Companion.


Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration :

Jack London (1900).

Références musicales :

The Banks Of the Sacramento, chanson traditionnelle de marins et de la ruée vers l’or en Californie (domaine public), interprétée par Alain Degandt.

Livre audio gratuit ajouté le 19/06/2017.
Consulté ~6055

Lu par Alain Degandt

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Merci infiniment Jackie, vos éloges m’encouragent à continuer, malgré mes multiples occupations et centres d’intérêt, qui accaparent mes heures. Mais il est vrai que lire pour L.A. des textes que nous choisissons et que nous aimons partager est une belle joie. Bien cordialement,
    ALAIN D.

  2. Merci pour la lecture de cette nouvelle.J’aime votre voix ainsi que l’interprétation ,c’est comme si on y était.J’ai passé un bon moment grâce à votre excellent travail.