Carl von Marr - Les Flagellants

La Peste de Bergame

Botaniste, traducteur danois de L’Origine des Espèces de Charles Darwin, Jens Peter Jacobsen (1847-1885) vouait une grande passion à la littérature. Peu lu sous nos lattitudes, auteur de deux romans et de quelques nouvelles, il fut néammoins considéré comme un auteur-culte par Rainer Maria Rilke et Thomas Mann…

Dans La Peste de Bergame (1882), une de ses nouvelles les plus célèbres, Jacobsen propose une réflexion sur le renoncement à la foi dans les situations extrêmes et le retour par la peur : lors d’une épidémie de peste, les habitants de Bergame, constatant que le Ciel ne veut, ou ne peut, leur venir en aide, se livrent à une autre peste, plus intérieure celle-ci : le vice. Blasphème, plaisirs interdits, magie noire et égoïsme sont au programme et un de leurs loisirs favoris est de se moquer des pénitents lors des processions et des flagellations. Jusqu’à ce qu’un jour, un moine mystérieux leur adresse un sermon…

« Et lui, de sa croix, regardait les soldats qui jouaient à qui aurait sa tunique sans couture, toute cette foule qui le huait et pour le salut de qui il souffrait ; et il vit que, dans toute cette multitude, il n’y avait pas un œil compatissant. […] Alors le noble Fils de Dieu sentit un grand courroux ; il vit qu’elle n’était pas digne d’être sauvée, cette foule d’hommes qui remplit la terre. Il enleva ses pieds des clous qui les retenaient, pressa de ses mains les clous et les retira, de sorte que les bras de la croix se tendirent comme les branches d’un arc ; il sauta à terre […], et remonta au ciel. »

Traduction : Traduction anonyme (1892).
Consulter la version texte de ce livre audio.
Illustration : Carl von Marr - Les Flagellants
Références musicales :

Gregorio Allegri, Miserere, interprété par l’ensemble St Matthews Concert Choir (licence Cc-By-3.0).

Licence d'utilisation : CC BY : Attribution
Livre audio ajouté le 14/08/2013.
Consulté ~9 379 fois

Lu par Christine Sétrin

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. merci Christine pour cette nouvelle très sombre. une musique particulièrement bien choisie comme toujours…

  2. Christine Sétrin! Merci pour la lecture de cette nouvelle,pour votre belle voix.Bien cordialement.