Quatre Rencontres

« Je n’ai rencontré miss Spencer que quatre fois, et ces rencontres restent gravées dans mon souvenir, car cette jeune personne produisit sur moi une vive impression.
C’était un gracieux échantillon d’un type peu commun.
La nouvelle de sa mort me cause un vrai chagrin, – pourtant, lorsque j’y songe, ne devrais-je pas plutôt me réjouir ? La dernière fois… mais procédons par ordre. »

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Traduction anonyme parue dans la Revue des Deux Mondes en 1878.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Références musicales :

Gabriel Fauré, Romance sans paroles n°3, interprétée par Sam Chan (licence Cc-By-Nc-Sa-3.0).

Livre ajouté le 11/03/2016.
Consulté ~8 670 fois

Lu par Vincent de l'Épine

Suggestions

29 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Elisabeth, c’est un plaisir de vous retrouver. Il est vrai que c’est une bien solie nouvelle ; le personnage de Miss Spencer est très touchant. Heureux que cette lecture vous ait plu, à très bientôt 🙂 !

  2. Oui quel charme ! et quel plaisir de vous retrouver! de retrouver vos lectures!

    Amitiés
    elisabeth

  3. Merci Gaëlle, comme c’est gentil à vous d’être revenue nous voir, Miss Spencer et moi.
    Cette nouvelle a un vrai charme particulier et je suis heureux que vous l’ayez appréciée.
    Quand j’aurai fini ma traduction en cours (Robert E. Howard, ce qui est aussi éloigné d’Henry James qu’il est possible de l’être), je me lancerai pleinement dans la traduction de “L’élève”, et peut-être si j’en ai le courage “Le Menteur” qui est l’un de mes textes préférés d’Henry James.

    Au plaisir de vous retrouver bientôt sur notre site et merci, merci pour vos encouragements.

  4. Cher Vincent, je viens d’écouter – pour la deuxième fois … – cette nouvelle mélancolique de James, avec un plaisir renouvelé. Merci pour ce moment (si l’on peut encore utiliser cette formulation au sens premier ;-)) en votre compagnie.

  5. Décidément Coraline nous ne nous quittons plus.
    Je vous remercie pour vos encouragements qui me sont très précieux.
    Je trouve que le personnage de Miss Spencer est vraiment très touchant, et encore plus par contraste avec les vils profiteurs dont elle est entourée !
    Nous avons à peu près épuisé les oeuvres d’Henry James dont la traduction est libre de droits. Je suis en train de relire “L’Elève” en anglais pour voir si je peux envisager une traduction. Mais il ne faut pas que je multiplie trop les projets de front, et la traduction me prend beaucoup, beaucoup de temps.

  6. Encore et toujours merci cher Vincent pour cette découverte, joli récit !
    Cette dévotion, ce don de soi à l’extrême, ces rêves brisés par des profiteurs c’est un peu triste et quel portrait peu flatteur des français ^^ !!

  7. Merci beaucoup à vous Dominique, vos encouragements me font chaud au coeur !
    Concernant “Guerre et Paix”, le chapitre V est bien avancé (tout est enregistré), nous faisons aussi vite que nous pouvons mais nous n’avons bien sûr pas toujours autant de temps que nous voudrions ! Il faut bien travailler pour vivre 🙂
    Et nous préférons faire bien, que faire vite. Comme vous dites, ce roman est extraordinaire et mérite le plus grand respect. Nous mettrons un commentaire sur le chapitre IV quand le V sera sur le point d’être publié.
    En tout cas, un immense merci à vous pour nous avoir témoigné votre intérêt pour cette lecture.

  8. Oui c’est un vrai plaisir de vous entendre, il y a des voix et manières de lire qu’avec le temps on apprécie plus ou le contraire. Dans votre cas, c’est plus! Quid de la suite de Guerre et Paix? Nous sommes là, à oser demander alors que vous nous faites tous de tels cadeaux avec vos lectures. Pardonnez-moi, ce livre est tellement extraordinaire que l’ayant lu jeune avec des yeux qui y voyaient bien sans se fatiguer, j’avais pu le faire d’une traite, jusqu’au bout. Grâce a vous et a litteratureaudio, je le “revis” et du coup les etendues de temps entre les parties me paraissent immenses. Mais c’est un tel “pavé” et c’est déjà si courageux de vouloir le faire, avec le soin que vous apportez,que par dessus tout, je tiens à vous remercier.

  9. Merci Emilie de vos encouragements. Il est vrai que “Le tour d’Ecrou” est un roman extraordianaire. Henry James donne à ses récits fantastiques un ton très particulier, ils sont ancrés dans un réalisme qui les rend d’autant plus glaçants !
    Et la lecture d’André Rannou était vraiment parfaite.
    Je peux déjà vous confirmer que je lirai “Le dernier des Valérius”, que je n’ai pas besoin de traduire. Sinon, si vous avez des suggestions 🙂 ?

  10. Mon cher Vincent , j’espère que la nouvelle que vous traduirez sera fantastique car je garde un souvenir inoubliable du “tour d’écrous”

    Merci en tous les cas pour la lecture de cette nouvelle.

  11. Bons moments d’écoute – Superbe interprétation pour des études de moeurs exceptionnelles : j’ai adoré – merci !!!

  12. Oui, Elizabeth, je lirai “Les aventures de David Balfour”, roman que j’apprécie énormément ; probablement cette année. J’espère qu’il vous plaira car je me souviens que nous avions voyagé ensemble 🙂 en Ecosse et au-delà avec “Le Maître de Ballantrae”.
    Amicalement

  13. Merci à vous Elisabeth et Paruline,
    Vos commentaires sur cette nouvelle sont très justes. C’est une histoire douloureuse et qui va droit au coeur. Je trouve que le style d’henry James, subtil, rend les sentiments d’autant plus forts qu’ils sont exprimés avec retenue.
    J’ai beaucoup de plaisir à lire des oeuvres de cet auteur. Il est vrai que les textes libres de droit commencent à s’épuiser, mais je suis en train de voir si je peux traduire une nouvelle… lorsque j’aurai fini mon Lovecraft, ce qui n’est pas une mince affaire.
    En tout cas grand merci pour vos encouragements qui le vont eux aussi toujours droit au coeur 🙂

  14. J’attendais la lecture de cette nouvelle avec impatience, laquelle a été largement récompensée !
    Un grand merci à vous, monsieur de l’Épine.

    Henry James est un magnifique auteur: ses récits nous vont toujours droit au cœur. Dommage qu’il y ait si peu de ses textes libres de droit.

    Heureusement pour nous, “Le dernier des Valerius” fait partie de vos projets de lecture ! 🙂

  15. Merci Vincent ! Trouver un James en rentrant de voyage ..et entendre l’évocation subtile du récit de voyages non accomplis…
    Pour moi aussi, comme pour les autres écouteurs, c’est un grand plaisir de vous ‘entendre prêter au texte cette ambiance vocale. Quelle nouvelle douloureuse ! et comme vous rendez bien les nuances de cette vie sans défense….. et la chute ironique du récit sur ce que l’héroïne ( anti héroïne ) voit “de la vieille Europe” au contact de la Comtesse…
    Merci Vincent.