Bains turcs

L’Échelle de soie

Un vieux général, fumeur de pipe invétéré, attend la sortie de sa fille du salon, pour parler des femmes nues dans les bains turcs au Caire, et en profite, comme Janin le fait aussi dans Rosette pour fustiger la jeunesse décadente moderne, lui, qui a serré la main de Bonaparte.

Pourquoi L’Échelle de soie ?

Cinq compagnons, qui avaient enfreint les ordres :

« Article 1er. Tout individu de l’armée qui aura outragé une femme sera fusillé.
(Signé) Bonaparte, membre de l’Institut National. »

ont échappé, grâce à cette échelle, à la mort. Le toit qui les supportait s’étant effondré dans le harem, il leur fallait remonter à l’air libre :
« La Géorgienne se plaça sans mot dire contre la muraille, justement sous l’ouverture du plafond par laquelle nous étions descendus : ce fut la base solide sur laquelle nous improvisâmes l’escalier libérateur. Marion au bas du mur, Louise grimpa sur Marion, Fanchette sur Louise, Victoire sur Fanchette ; comme elle était la plus grêle et la plus légère, la pauvre fille qui m’embrassait grimpa sur Victoire ; elle fut le dernier échelon de cette échelle animée, échevelée et pleurante, qui devait nous rendre à la liberté. »

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 15/06/2014.
Consulté ~6 295 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.