Maurice Quentin de La Tour - Portrait au pastel de Jean-Jacques Rousseau, alors âgé de 41 ans (1753)

Lettre à d’Alembert (Extraits)

Une sélection de passages de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), extraits de la Lettre à d’Alembert.


Livre audio gratuit ajouté le 25/02/2008.
Consulté ~19411

Lu par Clotilde B.

Suggestions

8 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  1. Bonjour Clotilde. Je tenais à vous communiquer tous mes encouragements. Nous sommes nombreux à vous remercier d’avoir bien voulu employer la sensibilité jamais affectée de votre voix comme sculptée naturellement et – presque malgré elle – justement dans la franche et constante pensée rousseauiste, pour nous la faire sentir doucement. Sincères remerciements.

  2. A Claire: je ne sais pas si certains commentateurs soutiennent la théorie d’un Rousseau féministe, mais il est certain que ce n’est pas moi qui prendrai sa défense ! Je ne le crois ni malade, ni gâteux, ni aigri (quoiqu’accompagné de la fameuse Thérèse à laquelle il n’a pu, malgré de nombreuses tentatives, apprendre à lire l’heure, il a sans doute dû déchanter !). Sa conception se défend philosophiquement (elle entre dans le cadre de ses théories, elle n’est pas l’avis arbitraire de l’individu Jean-Jacques). A la femme est dévolu un rôle essentiel pour que l’homme soit vertueux. La possibilité de l’éthique rousseauiste repose sur la constance et la pudeur féminine.

  3. Encore moi! Oui je viens d’ecouter le deuxième texte qui me révolte tout autant. Je suis vraiment déçue par ce philosophe dont j’avais toujours apprecié la profondeur des argumentations…Enfin je dis peut etre ça parce que ses opinions me révoltent mais en tout les cas je suis vraiment déçue.
    Mais merci c’et admirablement bien lu!
    PS: Etait il malade, aigri ou gateux lorsqu’il a ecrit ces textes?

  4. Bonjour Clothilde! Merci pour ce texte toujours aussi bien lu. J’ai une question concernant le texte sur le femmes. Rousseau s’y montre incroyablement misogyne alors que dans un autre texte que tu as lu ” Sur les femmes”, il les défend avec perspicacité. Il y a t-il une explication à cette contradiction? Rousseau au final était il plus misogyne ou feministe? Ou alor Rousseau manquait de conviction ou de constance?

  5. A Florian: je te fais la même réponse que pour l’Emile, trop laborieux à lire à mon sens, mais sans doute des extraits encore à venir ! Et peut-être des donneurs de voix plus motivés !

  6. Il est vrai que Rousseau fait un beau mysogine,
    Que sa femme certes ! n’était guère maline,
    Mais je puis le jurer, de la meilleure foi,
    Je n’ai bougé ici l’ombre du petit doigt !

  7. Ce texte est d’autant plus infâme
    Qu’il nous est lu par une femme !
    Augustin, que lui as-tu fait,
    Ami, le plus parfait des hommes ?
    Doit-on en conclure, qu’en somme,
    Ce soit là d’un mufle, l’effet ? 🙂

    N.B. : Texte amusant, en vérité, et fort bien lu. Amitiés,