Megadhuta

Meghadūta (Le Nuage messager, Poème)

Kālidāsa (IVe, Ve siècle), un des plus grands noms de la littérature sanskrite, vécut sous le règne de Candragupta II (375-415).

Le Meghadūta, littéralement « nuage messager » est un poème très célèbre en Inde, que les enfants connaissent dès leur plus jeune âge, ce qui n’a rien de surprenant car il en existe de multiples adaptations, tant en bandes dessinées qu’en dessins animés pour la télévision.

Condamné à l’exil en Inde centrale pour une faute, le héros de ce poème se languit de sa belle, restée à Alakā, non loin du mont Kailāsa. Apercevant un jour un nuage qui se dirige vers l’Himalaya, il décide de faire de lui son messager et lui confie ses pensées les plus chères. Auparavant, il lui explique le chemin qu’il devra emprunter et lui décrit les contrées qu’il traversera, avant d’atteindre, enfin, Alakā, et la demeure de sa bien-aimée, pour lui la plus belle des créations.

Traduction : Raoul-Henri Assier de Pompignan (1862-1947).
Remarques :

Vous trouverez en PDF un résumé de l’histoire.

Références musicales :

Amelia Cuni, Il Pastore celeste, extrait de l’album Danza d’amore (licence Cc-By-Nc-Sa-1.0).

Livre audio ajouté le 04/03/2018.
Consulté ~6 244 fois

Lu par Ahikar

Suggestions

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci Elisabeth, votre message est charmant! L’Inde du Sud cette année n’est pas conseillée, mais peut-être avez-vous choisi une autre destination…
    Amitiés, 🙂
    Ahikar

  2. Mon voyage en Inde du Sud a été annulé pour cause Covid, visa annulé. Alors je me rattrape en voyageant sur le net. J’ai trouvé adorable et très originale l’histoire de ce nuage messager. C’est tellement différent de ce qu’on est habitué à lire. Je crois que je m’en souviendrai longtezmps. J’ai passé un merveilleux moment à écouter votre très belle lecture. Un petit moment de grâce comme il y en a trop peu dans l’existence. Demain je retenterai l’expérience avec une autre lecture tout en appréhendant déjà d’être déçue. Je suis sans doute trop difficile. C’est sans doute mon sale caractère.

  3. Cher Ahikar,
    Il fallait que je partage mon enthousiasme pour votre magnifique lecture !
    -En naviguant sur L.A., j’ai constaté que vous êtes un pêcheur
    de perles rares, en plus de posséder un riche talent d’écrivain.
    (◔◡◔) Quel est donc cet ange qui s’est penché sur votre berceau ?
    Merci… à vous deux !