Thomas Eakins, The Concert Singer (1890-1892)

L’esprit souffle où il veut

« Le baron de Sarzac, après avoir dilapidé un riche patrimoine, occupait chez un banquier une position lucrative. Malheureusement, la conduite indélicate de M. de Sarzac l’oblige à quitter Bordeaux et à s’établir à Paris. Il y commença une existence problématique dont le fond touche au déshonneur.
La baronne de Sarzac était une femme charmante et séduisante, mais très dépensière et peu honnête. Les deux époux se séparèrent et Aliette resta avec sa mère.
Les minces revenus de madame de Sarzac étant pour elle la misère, elle songea à exploiter la magnifique voix de sa fille. Le succès réalisa toutes ses espérances. »

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Remarques :

Version texte : Partie 01, Partie 02, Partie 03, Partie 04

Livre ajouté le 20/09/2021.
Consulté ~2 348 fois

Lu par Cocotte

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Chère Marjolaine
    Oh! Nous sommes bien toutes pareilles! je n’ai pas le temps de regarder tous les jours dans la liste des 100 derniers commentaires s’il y en a un pour moi. C’est ainsi que j’en ai raté un de vous, entre autres, chère Marjolaine!
    Quel plaisir de voir que vous appréciez ce nouveau roman de Jean de la Brète! J’étais sûre qu’il n’y avait plus d’inédits nulle part. C’est notre fée Christine qui arrivée à le dénicher, je ne sais comment, mais je suis pleine d’admiration. C’est avec plaisir que je l’ai enregistré.
    Oh oui, vos cœurs me font un grand plaisir. merci beaucoup. Je suis très contente quand je vois qu’une de mes lectures a plu. C’est très encourageant.
    La semaine prochaine, un nouveau T. Combe. J’espère qu’il vous plaira.
    Moi aussi, grâce à votre si aimable message, j’ai passé une belle journée d’automne.
    Amitiés
    Cocotte

  2. Chère Cocotte, je devrais faire comme Caracole. Me mettre à jour de toutes les heureuses heures d’écoute offertes par vous et les DDV de Littérature audio. Il y a des moments où je crois ne pas avoir le temps de vous remercier. N’avez vous pas pris celui de lire, de filtrer, de corriger et de réaliser tout le travail que je n’imagine même pas ! Je télécharge à l’instant ce nouveau roman de Jean de la Brète. Merci merci. Ah ! Un progrès tout de même de ma part, j’oublie moins souvent d’ajouter un coeur au bas du texte de présentation de la lecture…
    Un beau jour d’automne grâce à notre chère Cocotte.
    Amitiés