Isidore-Ducasse-dit-comte-de-Lautréamont-vers-1867-e1663705936881

Correspondance (Sélection)

« Paris, 23 octobre. – Laissez-moi d’abord vous expliquer ma situation. J’ai chanté le mal, comme ont fait Miçkiéwicz, Byron, Milton, Southey, A. de Musset, Baudelaire, etc. Naturellement, j’ai un peu exagéré le diapason pour faire du nouveau dans le sens de cette littérature sublime qui ne chante le désespoir que pour opprimer le lecteur, et lui faire désirer le bien comme remède. […] »

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio gratuit ajouté le 16/10/2008.
Consulté ~15231

Lu par Vincent Planchon

Suggestions

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *