Suzanne Sesboüé, Le Reflet sur la vitre (Les Annales politiques et littéraires, édition du 4 mai 1919)

Le Reflet sur la vitre – L’Invitation à jeûner

Jeanne Marais est une écrivaine précoce qui se consacre tout entière à la littérature, et collabore très tôt à des journaux. Ses premiers romans sont remarqués par la critique. Mais seule, dépressive suite au décès de sa mère, elle met fin à ses jours en 1919 à l’âge de trente-et-un ans. Adolphe Brisson, dans la préface au roman Mariage de l’adolescent, publié à titre posthume en 1920, en fait un portrait émouvant :

« Mlle Jeanne Marais a disparu en pleine jeunesse, dans l’éclat de sa beauté, au milieu d’une carrière brillante et qui semblait lui promettre de grandes satisfactions. Un talent chaque jour plus ferme et plus souple, une imagination riche en trouvailles, une frémissante sensibilité : voilà ce qui, le 20 mai 1919, fut anéanti. »

Les deux courts textes lus ici sont parus respectivement en 1919 dans Les Annales politiques et littéraires et en 1912 dans Le Petit Journal. La verve et le piquant de l’écriture de Jeanne Marais y moquent tour à tour la jeune fille frivole – mais « peut-on être sotte, quand on sourit avec les lèvres de Mona Lisa ? » – et la femme parvenue.

Remarques :

Versions textes : Le Reflet sur la vitre (Les Annales politiques et littéraires, 4 mai 1919), L’Invitation à jeûner (Le Petit Journal, 17 août 1912).

Il existe sur notre site un autre enregistrement de Le Reflet sur la vitre, effectué par un donneur de voix différent. Voir aussi : Version 1.

Références musicales :

Scott Joplin, Weeping Willow, interprété au piano par Gerlüz (avec son aimable autorisation).

Licence d'utilisation : CC BY-NC-ND : Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification
Livre audio ajouté le 16/06/2022.
Consulté ~120 fois

Lu par Gaëlle

Suggestions

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.