Maurice Leblanc, Les Huit Coups de l'horloge

« Au dieu Mercure »

Retour avec ce huitième et dernier coup de l’horloge de Halingre à la promesse finale d’Au sommet de la tour : « Me permettrez-vous de vous rappeler en quoi j’ai toujours pensé que consisterait notre dernière aventure, et quel but se proposerait notre effort suprême ? Me permettez-vous de répéter vos paroles, dont pas une, depuis, ne s’est effacée de ma mémoire ? »
« J’exige, avez-vous dit, que vous me rendiez une agrafe de corsage ancienne, composée d’une cornaline sertie dans une monture de filigrane. Je la tenais de ma mère, et personne n’ignorait qu’elle lui avait porté bonheur et qu’elle me portait bonheur. Depuis qu’elle a disparu du coffret où elle était enfermée, je suis malheureuse. Rendez-la-moi, monsieur le bon génie. »
C’est la dernière étape victorieuse de la conquête d’Hortense par le prince (charmant) Rénine :
« Hortense leva les yeux sur Rénine. Quelques secondes encore elle se débattit. Mais elle était, ainsi qu’un oiseau fasciné, incapable d’un geste de révolte, et, comme le huitième coup sonnait, elle s’abandonna contre lui, en tendant ses lèvres… »

F I N

Consulter la version texte de ce livre audio.
Livre audio ajouté le 07/03/2012.
Consulté ~12658

Lu par René Depasse

Suggestions

1 Commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Personnellement, je ne le vous dis point suffisamment… Donc…
    Un grand merci pour cette lecture et pour les autres!
    Bien à vous, en vous remerciant pour le plaisir que vous nous offrez si généreusement.

    Trollus