Jack London

La Peste écarlate

« Le chemin, à peine tracé, suivait ce qui 
avait été jadis le remblai d’une voie ferrée, que
 depuis bien des années aucun train n’avait 
parcourue. À droite et à gauche, la forêt, qui
 escaladait et gonflait les pentes du remblai, 
l’enveloppait d’une vague verdoyante d’arbres
 et d’arbustes. Le chemin n’était qu’une simple 
piste, à peine assez large pour laisser passer
 deux hommes de front. C’était quelque chose 
comme un sentier d’animaux sauvages. »

Archives téléchargeables :

Consulter la version texte du livre audio.

Traduction : Paul Gruyer (1868-1930) et Louis Postif (1887-1942).

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 23/11/2016.
Consulté ~19 945 fois

Lu par Saperlipopette

Suggestions

8 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Sans aucune animosité, j’ai réussi à tenir jusqu’au bout par l’intérêt du texte.
    Mais à mon goût, quel dommage d’avoir pris une voix bêlante et pleurnicharde avec une diction difficile en plus de la qualité sonore aiguë.
    Très désolé de cette critique, mais j’ai de la peine pas à comprendre que l’on puisse se satisfaire d’une lecture comme celle-là.
    Cordialement,

  2. Bonjour,

    Il est des voix comme des couleurs ou de plats: certains nous ravissent, d’autres pas…

    Le manque d’articulation peut-être ? Et pourquoi donc ce ton geignard pour le vieux bohomme, c’est désagréable. Bien sûr, il se souvient, il pleure les temps faciles mais j’ai arrêté au chapitre 4, je n’en pouvais plus et je me suis rabattue sur le texte écris.

    Merci pour votre effort malgré tout.

  3. Bonjour Saperlipopette
    Je viens d’écouter cette lecture à laquelle je ne parviens pas à accrocher. Vous lisez vraiment trop vite et je n’arrive pas à Me laisser envoûter par la musique des mots. Au bout d’un moment malgré plusieurs tentatives je suis contrainte de passer à autre chose. C’est vraiment dommage car je sais que c’est un long travail pour l’avoir tenté moi-même. Prenez votre temps, respirez et laisser nous respirez, ménagez vos effets…. et ce sera très bien. Je vous souhaite une bonne année 2017

  4. Bonjour, je suis surprise par cette récitation chevrotante guère agréable à écouter. Merci quand même de rendre accessible ce beau et dur récit.

  5. Ce n’est pas agréable de vous écouter. Vous lisez trop vite et votre voix, qui pourtant est trop aigue et haute, tombe trop bas à la fin de la phrase. Pardon, ne m’en veuillez pas pour cette critique.