Jack London - Le Talon de fer

Le Talon de fer

Donneuse de voix : Christine Sétrin | Durée : 13h 14min | Genre : Romans


Jack London - Le Talon de fer

Au début du vingtième siècle, une oligarchie fondée sur le capitalisme s’installa aux États-Unis. Prenant le contrôle de l’armée, des industries stratégiques, de la justice et des moyens de communication, transports et presse, elle réduisit le petit commerce à néant et le peuple à l’esclavage. Le Talon de fer, ainsi surnomma cette oligarchie le meneur socialiste Ernest Everhard, maintint son emprise pendant plus de trois siècles, malgré plusieurs révolutions qui réussirent à peine à l’ébranler, avant d’être finalement renversé et remplacé par la Fraternité de l’Homme, régime socialiste humanitaire…
En 2632, un chercheur de la ville d’Ardis, cité merveilleuse dont la construction s’acheva en 1942, découvrit le manuscrit des mémoires d’Avis Everhard, la veuve d’Ernest Everhard, dans lequel elle raconte leur rencontre en 1912, sa prise de conscience de l’existence d’une oligarchie et de l’oppression dont le peuple était victime, la croissante domination exercée par Le Talon de fer sur tout le tissu social et politique du pays, l’appartenance d’Avis et Ernest au réseau socialiste clandestin de résistance, la première révolte prolétarienne de 1918…

Voici donc les mémoires d’Avis Everhard, commentés et complétés par le chercheur d’Ardis…

Publié en 1907, ce roman, avant Le Meilleur des mondes (1932) d’Aldous Huxley et 1984 (1949) de George Orwell, est la première dystopie moderne. Nous ne pouvons qu’être troublés, en pensant à la situation économique et financière de notre vingt-et-unième siècle, par le pouvoir visionnaire de Jack London…

Curieusement, la traduction française de Louis Postif (1887-1942) ne contient pas l’avant-propos du texte en anglais, qui pourtant fait partie intégrante de l’histoire et sans lequel la structure du roman reste un peu floue.
Un grand merci à Vincent de l’Épine qui a pris soin de réparer cette négligence et de traduire l’avant-propos afin d’offrir aux lecteurs de Littérature audio.com la version intégrale du Talon de fer.

Licence Creative Commons

> Écouter un extrait : Chapitre 00.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Chapitres 01 à 12.zip
Chapitres 13 à 25.zip




> Références musicales :

Thomas Blind Tom Wiggins (1849-1908), Battle of Manassas, interprété par John Davis. Extrait de l’album CD John Davis plays Blind Tom (NPD85660, disponible sur Amazon et iTunes).
Avec l’aimable autorisation de M. Davis et de Newport Classic LTD (11 Willow Street, Newport, RI USA 02840).


> Consulter la version texte de ce livre audio : avant-propos, reste du roman.
Livre audio ajouté le 01/08/2013.
Consulté ~24 244 fois

Lu par Christine Sétrin

Suggestions

24 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. J’aime beaucoup comment vous dites:” fin de la note” toujours de la même manière. Cela me fait sourire un brin sur le tapis roulant 😉

  2. Bonsoir Melis,
    Merci de votre écoute et pour cet aimable retour 🙂 !
    Pour ce qui est de Martin Eden, je ne vous dis pas non, mais il faudra attendre 2024, car Claude Cendrée, la traductrice de la première version française de ce roman, est morte en 1953. Ses travaux n’entreront donc dans le Domaine public qu’en 2024…
    À bientôt peut-être pour d’autres lectures 🙂
    Ch.

  3. Bonjour Christine, j’ai pris beaucoup de plaisir à écouter votre Talon de Fer, votre diction est particulièrement agréable.
    J’aimerais bien pouvoir écouter Martin Eden, du même auteur, cela vous parait-il possible?
    Un grand merci pour votre lecture!

  4. Bonsoir Christian :-),

    Merci pour votre message qui me fait très plaisir.

    Cet audiolivre est sous licence Creative Commons By-Nc-Sa (licence imposée par le choix de l’illustration musicale). Il n’y a donc aucun problème à ce que vous utilisiez le poème sur votre site, tant que ça reste à des fins non commerciales.
    Merci de mettre un lien vers cette page ;-)…

    Bonne lecture !

    Ch.

    PS: J’ai effectué quelques recherches sur le texte en anglais du poème et il n’apparaît nulle part ailleurs que dans des éditions en ligne du Talon de fer. J’en déduis donc qu’il s’agit d’un texte de Jack London lui-même…

  5. • • •More