Hobos 3

Les Trois Manchots

Jack London a achevé ce récit le 26 septembre 1916, moins de deux mois avant sa mort. Les trois hobos (clochards, vagabonds) de cette histoire, sont des sinistrés de la vie. Ils endurent leur existence comme une lancinante maladie, qu’ils « soignent » avec des substances qui les détruisent. Méfiants et hargneux comme des bêtes aux abois, toujours sur la défensive, ces épaves humaines ne survivent qu’à la maigre chaleur d’un pauvre feu de campement et à celle de leurs souvenirs, réels ou inventés. Qu’elle était belle la vie, du temps où ils avaient leurs deux bras, du temps où ils commandaient à tout, du temps où ils étaient des « messieurs »… chacun amoureux d’une merveilleuse Princesse !

Titre original : The Princess – Publié en juin 1918 dans la revue Cosmopolitan, puis en octobre de la même année dans le recueil The Red One chez MacMillan.

Traduction : Louis Postif (1887-1942).
Références musicales :

Guillaume-Louis Cottrau, Finestra che luchivi, interprété par Larry Adler et Monya Liter (1959, domaine public).

Licence d'utilisation : CC BY-NC-SA : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
Livre audio ajouté le 01/12/2016.
Consulté ~6 893 fois

Lu par Alain Degandt

Suggestions

8 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Merci CM63, j’espère que cette lecture vous aura plu. Je vous remercie de l’amicale attention que vous portez à mes lectures de ce très grand romancier, pour qui j’ai une grande admiration. Bien cordialement,
    ALAIN D.

  2. Bonjour,

    Alain, j’aime beaucoup vos lectures des romans de Jack London, je viens de télécharger celui-ci, je l’écouterai ce midi. Merci à vous.

  3. Bonjour Vic,
    Je n’ai pas trouvé de version texte en ligne pour cette nouvelle. J’ai utilisé un livre de poche de ma bibliothèque personnelle : Jack LONDON : Les condamnés à vivre – Recueil de nouvelles choisies et présentées par Francis Lacassin – Collection 10/18 (UGE)N°890 (1974), que vous pourrez peut-être vous procurer en chinant. Merci de l’intérêt que vous portez à notre site. Amitiés,
    A.D.