Aziyadé

Donneur de voix : René Depasse | Durée : 7h | Genre : Romans


Aziyade

Ce roman intitulé : Aziyadé, Extraits des notes d’un lieutenant de la marine anglaise entré au service de la Turquie le 10 mai 1876 tué dans les murs de Kars le 27 octobre 1877 mêle à la fois le journal intime du héros et la correspondance qu’il échange avec des proches, ce qui permet le recul par rapport à l’intrigue.
Loti a toujours été fasciné par l’Empire ottoman, où la tolérance se confond avec la sensualité. Les femmes sont le passage obligé pour connaître une autre civilisation (Cf. Madame Chrysanthème et le Japon).
Aziyadé est une belle histoire d’amour et en 1879 avec ce livre Pierre Loti avait retourné l’opinion occidentale en faveur des Turcs en guerre.

« Les yeux fermés, je retrouve encore ce regard, cette tête blanche, seulement indiquée sous les plis de mousseline du yachmak, et, par-derrière, cette silhouette de Stamboul, profilée sur ce ciel d’orage. »

Illustration : La Favorite, de Léon-François Comerre (1850–1916).

> Écouter un extrait : 01. Préface.


> Télécharger ce livre audio par archive(s) Zip [Aide] :

Aziyadé.zip



> Consulter la version texte de ce livre audio.

Licence d'utilisation : voir nos conditions générales.

Livre ajouté le 23/11/2010.
Consulté ~18 738 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

4 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Un grand merci pour votre lecture et le temps que vous y avez généreusement consacré.

    J’ai passé un très agréable moment à vous écouter et à découvrir ce texte que je ne connaissais pas.

    Bravo !

  2. Grand merci pour cette lecture qui m’a permis de découvrir un auteur sensible que je n’avais pas encore eu le courage de lire par moi-même. Belle histoire et belle lecture.

  3. Merci pour ce texte de Loti, un auteur que je viens de découvrir grâce à vous.

    Votre prononciation de “muezzin” m’ayant interloquée, je viens de vérifier dans mon Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse, qui me confirme dans la prononciation [muedzin].

  4. je crois que la “tolérance” de l’empire ottoman était toute relative,grecs,serbes ou arméniens trouveraient l’expression pour le moins inadéquate,d’autant que le récit se place après le massacre des maronites de 1862 et juste avant les grands massacres des chrétiens de l’empire ottoman de la fin du 19ème,et leur destruction définitive de 1915.sans même parler de l’esclavage…