Saint Sepulcre

Jérusalem

Pierre Loti écrit Jérusalem en 1894, lors d’un voyage en Palestine ottomane. D’origine protestante, devenu agnostique notable, il promène son regard dans la Ville Sainte et nous présente après Bethléem, le Saint-Sépulcre, la mosquée d’Oman, le Dôme du Rocher, le Mur des Lamentations, la vallée de Josaphat, Gethsémani, la mer morte… Il n’y retrouve pas la foi et critique amèrement l’aspect trop « commercial » des Lieux Saints, l’afflux touristique des « voyageurs Cook ». Il montre un immense talent dans cette résurrection de la cité biblique (à grands renforts d’érudition) et de la cité sarrasine, plus tard ! Il tient, certes, des propos antisémites très sulfureux qui sont, hélas !, d’époque… Cet « agnostique qui ne se résigna jamais à renoncer à Dieu », écrit vers la fin de son journal : « Vraiment, mon livre ne pourra être lu et supporté que par ceux qui se meurent d’avoir possédé et perdu l’Espérance Unique ; par ceux qui, à jamais incroyants comme moi, viendraient encore au Saint-Sépulcre avec un cœur plein de prière, des yeux pleins de larmes, et qui, pour un peu, s’y traîneraient à deux genoux. » Et de conclure : « Qu’importe, mon Dieu, un peu plus d’incompréhensible ou un peu moins, puisque, par nous-mêmes, nous ne déchiffrerons seulement jamais le pourquoi de notre existence. Sous l’entassement des nébuleuses images, rayonne quand même la parole d’amour et la parole de vie. »

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Illustration : Saint-Sépulcre
Livre audio ajouté le 17/08/2012.
Consulté ~214 654 fois

Lu par René Depasse

Suggestions

2 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Oui, merci, merci infiniment; Non seulement le texte est magnifique en son écriture, mais il est porteur d’une philosophie de l’Histoire, de l’Histoire des monothéismes, du sens de l’existence, d’une actualité absolue non seulement là bas, mais ici aussi.
    J’avais lu pas mal de Pierre Loti et d’écrivains voyageurs en Orient, mais j’ignorais ce texte si beau, si fort.
    Merci encore