Jean-Baptiste-Camille Corot, L'Atelier de l'artiste (1868)

Anie

« Il y a une vérité d’art plus haute et plus vraie que celle de la réalité. C’est celle-là que j’ai poursuivie. » (Hector Malot, notice sur Anie).

Hector Malot (1830-1907) écrit Anie en 1891. Il s’agit donc d’une œuvre de la maturité où le réalisme ouvre la voie à une forme de critique sociale. En effet, si le personnage central en paraît une jeune femme artiste-peintre à qui sa famille veut trouver un mari, les relations intra-familiales et sociales, les liens entre invention et argent, savants et hommes d’affaires constituent le fond du récit. Si cette famille bourgeoise est peinte dans le cadre d’un héritage problématique, les liens affectifs entre ses différents membres y font aussi l’objet de notations psychologiques intéressantes.
En outre, pour Hector Malot, ce républicain engagé dans divers combats de son époque, le statut de l’enfant naturel ne représente-t-il une cause digne d’être abordée dans son roman ?

Consulter la version texte de ce livre audio.
Références musicales :

Début et fin de chapitre des parties 1 et 3 :
Frédéric Chopin, Nocturne oubliée Op. A1, n°6 en do dièse mineur, interprétée par Markus Staab (licence Cc-By-3.0).

Début et fin de chapitre de la partie 2 :
Franz Liszt, Valse en La majeur S.126, interprétée par Mauro Tortorelli (licence Cc-By-3.0).

Licence d'utilisation : CC BY-NC-SA : Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions
Livre audio ajouté le 08/01/2017.
Consulté ~9 767 fois

Lu par Christian Dousset

Suggestions

28 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Quel bonheur cette lecture ! J’adore Malot et je regrette profondément que la postérité ne retienne qu’un seul de ses très nombreux romans. Avec celui ci, je découvre son talent pour entretenir le suspens ! Grâce à l’auteur et au merveilleux lecteur que vous êtes, cher monsieur Dousset, j’ai été tenue en haleine et n’ai pas vu passer ces dix heures. Je vous remercie et espère que vous lirez peut être un jour un autre Malot…

  2. Cher Alain,
    Merci pour votre chaleureux commentaire et pour la piste de Cyrano mais, comme vous n’en dites rien, il est des monuments tellement visités…Dans quelque temps, je lirai un autre roman de E. Pérochon “Les creux-de-maisons”. Au plaisir de vous retrouver,peut-être, entre ces pages-là.

  3. J’ai lu en deux jours votre roman durant les vacances dernières.
    La rapidité de ma lecture provenait du rythme que vous donnez à la lecture, de votre voix et votre diction, et bien entendu, de la qualité de cet excellent livre d’Hector Malot prenant de bout en bout.
    Je ne m’attendais pas en me sentir embarqué aussi intensément en écoutant cet auteur que je n’avais jamais lu. J’avais déjà ressenti le même plaisir en vous écoutant dans « Les gardiennes ».
    Encore merci pour ce moment. Je n’ai pu m’empêcher en vous écoutant de me dire que votre timbre de voix collerait très bien au personnage de Cyrano de Bergerac pas facile à faire. Ce que j’en dis…

  4. Cher(e)s Nordine, oreilles, Dersou et Véronique,
    Un remerciement sincère autant que tardif pour vos chaleureux commentaires. Au plaisir de vous retrouver entre de nouvelles pages.

  5. Merci Monsieur Dousset pour la belle lecture de ce roman !
    Votre voie est claire et très agréable à l’écoute.
    J’ai pu “lire” le livre très vite en savourant le texte avec beaucoup de plaisir.
    Encore une belle production d’Hector Malot, que vous avez très bien rendue .
    UN GRAND MERCI

  6. un régal ! le livre est interressant, la voix très expressive de Christian Dousset se module à souhait et prend tour à tour les accents, tons et timbres selon la gravité ou la légereté des situations, les caractères des personnages ..même british !
    je me suis régalée à écouter cette histoire !!
    merci!!

  7. • • •More