Hector Malot

Les Amours de Jacques

« À Jules Levallois

Un goût vif pour les lettres, une vieille amitié profondément inaltérable nous unissent et nous soutiennent, mon cher Jules. Souvent nous avons puisé à ces sources des inspirations cordiales et de douces consolations. Aujourd’hui et en ta personne je rends à notre alliance ce témoignage mérité. En te priant d’accepter ce roman, je désire à la fois consacrer le souvenir de notre intime association de sentiments et de pensées, et remercier autant qu’il est en moi mon fidèle et vaillant compagnon dans la vie et dans l’art.

Hector Malot

Moiselles, 1er septembre 1860 »

« À Lïat, Claudie et Claryssandre.

Cette lecture vous est dédiée, vous qui en êtes à l’origine. Merci pour votre demande, en espérant que cette écoute vous apporte satisfaction, autant qu’il m’en a été donnée en lisant ce beau roman d’Hector Malot.

Rouans, 18 décembre 2020 »

Consulter la version texte de ce livre audio.
Télécharger ce livre audio par archive Zip :
Livre audio ajouté le 18/12/2020.
Consulté ~10 527 fois

Lu par Samuel

Suggestions

60 Commentaires

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  1. Ravi de vous retrouver, Katja-Beautemps !

    Quelle joie que vous appréciiez les petits sons intégrés dans l’enregistrement ainsi que les chœurs de “murmures de plusieurs personnages” – j’espérais que cette idée plaise au moins à une personne, c’est vous, j’en suis comblé.

    Pour la voix de “la pauvre femme si gentille”, je vous remercie pour votre franchise… en la faisant parler je tentais d’être comme je l’imaginais, avec empathie, mais vous avez raison, ma voix d’homme n’a sans doute pas su trouver une voix de femme qui ne soit pas “caricaturale”… la passion m’a emporté dans cet exercice qui me dépassait et m’a empêché d’entendre l’impression de moquerie que cette interprétation pouvait donner… l’idéal serait qu’une femme enregistre ces répliques…

    Vous êtes une brillante analyste littéraire, et votre comparaison des deux passages, de leurs points communs et de ce qui les distingue est vraiment précise et intéressante, merci.

    Pour répondre à votre question, enfant je tentais de faire rire mes camarades, non en faisant différentes voix, mais par d’autres pitreries…
    maintenant je suis plus réservé, cependant il semblerait que j’ai gardé cette envie de transmettre des émotions en glissant ma voix sous les beaux-mots-marionnettes d’auteurs en essayant de leur donner vie, tout en espérant que cela soit apprécié par des oreilles attentives comme les vôtres… merci encore pour votre écoute et vos retours.

    N’hésitez pas à m’écrire si des choses vous déplaisent, j’apprécie les critiques qu’elles soient positives ou négatives, cela apporte aussi.

    Agréable fin de journée Katja-Beautemps !

    Samuel

    PS : J’ai envoyé les derniers chapitres de ce roman, leur publication ne devrait pas tarder j’imagine… au plaisir de vous retrouver pour échanger sur la fin de cette histoire

  2. Merci, Samuel, pour votre réponse et le lien que j’ai lu avec grand intérêt!
    Je trouve très originale la facon dont vous inventez toutes ces voix et j’apprécie beaucoup les quelques petits sons intégrés dans l’enregistrement. Et aussi quand il y a des murmures de plusiers personnages! En ce qui concerne la pauvre femme si gentille et/mais si naive c’est un peu comme si on se moquait, mais i lest peut-être difficile pour un homme de la lire tout naturellement… Le texte est beau, il est vrai, mais il faut aussi un peu de recul car – peut-être malheureusement – on ne se parle plus d’un tel ton aujourd’hui et de toute facon le ton ne serai jamais authentique …

    En ce qui concerne les deux bonnets: Le bonnet est d’ordre composite chez les deux auteurs, cela les unie, aussi est-il un élement central de la charactérisation des deux héros. Il y a un autre aspect qui les distingue. Chez Flaubert le proviseur entre, le garcon de classe le suivit avec le grand pupitre comme pour introduire un chevalier suivi de son valet par exemple, mais l’ordre est inverse, le „valet“ passe devant, le héros (Charles) restant dans l’angle de la porte semble bien hésiter d’entrer en scène. Le proviseur parle de son „casque“, il est question aussi de la „visière“ qui brillait. Mise-en- scène peu commune pour le début d’un roman à cette époque.
    Je suis bien ravie d’écouter la suite. L’adaptation aux voix multiples est également „peu commune“ dans le sens le plus positif du terme.
    Avez-vous amusé vos camarades de classe ainsi..?
    Une très agréable soirée à vous!
    Katja-Beautemps

  3. Quel intéressant commentaire !

    Merci Katja pour toutes ces remarques.

    Curieux, j’ai été cherché cette référence à Charles Bovary et j’ai trouvé cette intéressante analyse :

    https://www.dubrevetaubac.fr/page/bac-de-francais/litterature-bac-2016/analyse-litteraire-de-l-incipit-de-madame-bovary-la-casquette-de-charles.html

    La comparaison que vous faites me semble pertinente,
    d’autant que Flaubert a écrit Madame Bovary en 1857,
    soit 3 ans avec Les amours de Jacques d’Hector Malot.

    Je trouve aussi étonnant que Jacques n’ai pas réussi à faire taire son camarade étant donné ce qu’il avait été capable de faire auparavant.

    Je sui ravi que vous ayez aimé la façon de lire les différents personnages ; ce que j’ai fait avec beaucoup d’implication et de plaisir aussi ;
    et pour vous il semble que j’ai réussi ce que je voulais : apporter à l’auditeur, (l’auditrice, en l’occurrence) une facilité d’écoute par une certaine distance à la narration…
    J’ai cela dit pris le risque de choisir “une” voix qui corresponde à “ma façon” d’imaginer chaque personnage… ce qui ne conviendra peut-être pas à d’autres auditrice-auditeurs préférant se l’imaginer eux-même… nous verrons s’il y d’autres avis sur le sujet…

    J’ai hâte de publier les derniers chapitres (en début de semaine prochaine je pense) pour que nous puissions continuer d’échanger sur ce beau roman que je trouve très touchant…

    Au plaisir Katja-Beautemps

  4. Bonsoir Samuel,
    merci pour votre aimable réponse! J’ai envisagé de vous écrire mes impressions du texte que je viens d’écouter prsque entièrement entre-temps sous forme de P.S., mais comme un nouveau commentaire. Quand tout a disparu par une faute de frappe, votre réponse est arrivée une heure après, et cet incident m’inscite à recommencer tout de suite.

    J’ai bien aimé votre facon de lire plusieurs personnages. Elle donne un peu de distance à la lecture ce que j’ai bien appréciée! Aussi le caractère d’Emile me semble plus “complête” comme cela.
    Je n’ai pas compris dÄailleurs que Jacques, qui – suite à l’accident répété du verre – a terrorisé toute la pension avec des mots blessants comme des flêches n’a pas réussi à faire taire son ancien camerade de la pension quand il l’a rencontré quelques années plus tard dans la vie.
    En ce qui concerne les camerades de la pension, il y a un élève qui est charactérisé uniquement par son bonnet composite. Cela m’a rappelé Charles Bovary entrant dans sa nouvelle classe. Il y est introduit un peu à la manière d’un “chevaler”, on lui porte le pupitre etc., on ne peut donc pas comparer directement les deux scènes, mais tout le Charles se montre dans cette scène et la description de son bonnet difforme et composite. La phrase finale de la déscription minutieuse m’a vraiment fait grand pitié: “Elle était neuve, la visière brillait.” Malot a bien probablement connu ce roman de Flaubert, écrit trois ans plus tôt.

    A vous aussi une agréable soirée, Samuel et grand merci pour préparer la suite!

    Katja-Beautemps

  5. Bonsoir Katja,

    quelle délicate attention de m’indiquer le téléchargement de ce livre ! Cela me fait très plaisir qu’avant même de l’écouter vous me remerciez pour sa lecture, c’est très généreux à vous.

    J’espère que cela vous plaira, j’ai beaucoup aimé lire cette première partie, puisse ce plaisir être partagé.

    Il y a une deuxième partie (chapitres 17 à 28),
    que j’enregistre également et qui paraitra à la suite…

    Agréable fin de journée Beautemps-Katja

  6. Bonsoir Samuel,
    je viens de télécharger ce livre et je vous remercie d’avance pour la lecture! Je suis ravie de découvrir ce roman le prochain temps!
    Bien cordialement avec tous mes remerciements,
    Katja

  7. Bon jour Francine

    Je suis heureux de vous faire partager
    ce roman et que vous l’adoriez, je prends
    un grand plaisir à le lire aussi,
    tant de justesse et de finesse dans l’écriture…

    Pour la suite… c’est maintenant !

    Agréable écoute de la fin de la première partie

  8. • • •More